Après 17 ans de malédiction, Terry Gilliam a (enfin) tourné son film "Don Quichotte"

Après 17 ans de malédiction, Terry Gilliam a (enfin) tourné son film "Don Quichotte"

DirectLCI
SOULAGEMENT - Terry Gilliam, réalisateur des cultes "Brazil" et "L'armée des 12 singes", a - enfin - terminé le tournage en Espagne et au Portugal de son film "L'homme qui tua Don Quichotte", projet commencé il y a 17 ans et annulé dans des conditions rocambolesques. Retour sur une malédiction.

C'est la fin d'un long cauchemar. Terry Gilliam, réalisateur de nombreux films cultes (Brazil, L'armée des 12 singes, The Fisher King...) a bel et bien tourné L'homme qui tua Don Quichotte. Et cela n'a rien d'un détail pour les cinéphiles. Il s'agit ni plus ni moins que de l'accomplissement d'un rêve longtemps caressé. 


Tout le monde avait enterré ce projet de variation moderne autour du héros de Cervantes, sauf Terry Gilliam. Le dernier jour du tournage, le réalisateur de Brazil a exulté de bonheur, répandant la bonne nouvelle : "Après 17 ans, nous avons terminé le tournage de The man who killed Don Quixote", a écrit Gilliam via son compte Facebook. "Muchas gracias (merci beaucoup) à toute l'équipe et aux fidèles. Don Quichotte est vivant !"

La fin d'un calvaire

Pour comprendre à quel point cette annonce s'avère une bonne nouvelle, il faut revenir des années plus tôt. En effet, une première tentative d'adaptation du roman du 17e siècle de l'Espagnol Miguel de Cervantès devait avoir lieu avec Johnny Depp, Jean Rochefort et Vanessa Paradis mais le tournage avait échoué façon loi de Murphy en 2000 en Espagne, plombé par une série de catastrophes, ressemblant à un véritable cauchemar pour n'importe quel cinéaste. 


En vrac, des pluies diluviennes avaient transformé le lieu de tournage en marécage et détruit les décors. Quant à l'acteur français Jean Rochefort - qui devait jouer Don Quichotte - il avait souffert d'une hernie discale l'empêchant de monter à cheval... Et encore, ce n'est qu'un dixième de ce qui lui est arrivé. 


Ceux qui ont vu le formidable documentaire Lost in la Mancha (Keith Fulton et Louis Pepe, 2002), initialement conçu comme un making of et au final récit d'un splendide fiasco, savent à quel point cette adaptation de Don Quichotte a rendu son auteur inconsolable, à en perdre la raison. 

Ivre de cet échec, Gilliam s'est battu envers et contre tout. Ainsi, l'ancien membre des célèbres humoristes Monty Python s'était juré de mener à bien son projet. C'est désormais chose faite et sans avoir vu le résultat, on peut déjà envisager cette victoire comme une récompense de cette croyance. 


Pas de Johnny Depp et de Jean Rochefort cette fois-ci mais à la place, Adam Driver (Girls ; Star Wars : le Réveil de la Force) en publicitaire de retour en Espagne et Jonathan Pryce (acteur principal de Brazil) dans la peau de celui qui se prend pour Don Quichotte. 

En revanche, si le tournage du film, soutenu par Amazon Studios, est bel et bien achevé, il faudra résoudre le conflit opposant Terry Gilliam et le producteur portugais Paulo Branco (Alfama Films) qui ne se parlent plus depuis des mois - Gilliam reprochant à Branco de ne pas avoir réuni les fonds nécessaires et Branco accusant Gilliam d'avoir tourné dans son dos, revendiquant par ailleurs les droits du film.

Plus d'articles

Sur le même sujet