Deneuve, Tarantino, Park Chan-wook… Le Festival Lumière 2016 fait tourner la tête des cinéphiles !

Deneuve, Tarantino, Park Chan-wook… Le Festival Lumière 2016 fait tourner la tête des cinéphiles !

SALLES OBSCURES - Depuis le samedi 8 octobre et jusqu’au dimanche 16 octobre, la 8ème édition du Festival Lumière bat son plein. Cette enthousiasmante célébration de l’histoire du cinéma, chapeautée par Thierry Frémaux, également délégué général du Festival de Cannes, se décline en 390 séances (180 films) sur 24 communes de la métropole lyonnaise. LCI vous propose de faire un tour d’horizon d’un cru 2016 qui, sans aucun doute, rassasiera jusqu’aux cinéphiles les plus aguerris.

La lumière Catherine Deneuve

Depuis sa création en 2009, le Festival Lumière de Lyon remet chaque année un prix honorifique visant à saluer l’incroyable carrière d’une personnalité du septième art. Un illustre nom fêté en grande pompe à l’endroit même où les frères Lumière ont créé leur fameux Cinématographe. Autant dire que le symbole est fort ! Après Gérard Depardieu, Ken Loach, Quentin Tarantino, Pedro Almodóvar et Martin Scorsese, c’est l’élégante Catherine Deneuve qui recevra les honneurs de tous les cinéphiles ce vendredi soir. Une rétrospective de ses films, incluant Répulsion de Roman Polanski, La sirène du Mississippi de François Truffaut ou Peau d’âne de Jacques Demy, est par ailleurs proposé pour l’occasion.

Quentin Tarantino, l’habitué

Réputé être une encyclopédie vivante du cinéma, le réalisateur Quentin Tarantino a fait du Festival Lumière sa nouvelle cour de récréation. De nombreux festivaliers le croisent ainsi, au gré des projections, toujours prêt à (re)dévorer une armada de classiques. Mieux… Le public a pu bénéficier d’une masterclass surprise, qui a eu lieu le mercredi 12 octobre, au cours de laquelle le papa de Kill Bill et Pulp Fiction a évoqué avec l’entrain qu’on lui connait sa monomanie du moment : l’année 1970 au cinéma. Un millésime duquel il a séquencé 14 longs métrages pour le plus grand bonheur de ses aficionados, parmi lesquels Love Story de Arthur Hiller, Le genou de Claire d’Eric Rohmer ou La lettre du Kremlin de John Huston.

Des invités de marques

La salle de théâtre Comédie Odéon, sise près du Palais de la Bourse, est l’endroit incontournable pour écouter les invités de marque de la manifestation. Cette année, l’actrice chinoise Gong Li, dont les apparitions publiques sont comptées, s’est confrontée à ce public qui l’a tant admirée dans Adieu ma concubine de Chen Kaige ou dans les oeuvres de Zhang Yimou. Le réalisateur et scénariste américain Walter Hill, salué pour ses films d’action ultra efficaces (Driver, 48 heures…), a également fait le déplacement. Tout comme le Danois Nicolas Winding Refn, le Français Gaspar Noé ou le maestro sud-coréen Park Chan-wook, qui aura droit à sa nuit ce vendredi avec les projections de Joint Security Area, Sympathy for Mr Vengeance, Old Boy et Lady Vengeance.

Des acteurs passeurs

Nombreux sont les acteurs et réalisateurs français qui répondent « oui » à l’invitation de Thierry Frémaux pour venir présenter des classiques du cinéma. On a ainsi pu voir Emmanuelle Béart à la projection de Jean de Florette et Manon des sources ou Guy Bedos à celle de Un éléphant, ça trompe énormément. Virginie Efira, Pascal Elbé et Abd Al Malik ont pour leur part respectivement présenté Nous nous sommes tant aimés, Un temps pour mourir et Quai des brumes. Soit autant de personnalités de la profession qui reviennent, à leur façon, sur des oeuvres qui tiennent une place importante dans leur passeport de cinéphile. Rappelons que le Festival Lumière, c’est une offre pléthorique de 180 films, allant de Full Metal Jacket de Stanley Kubrick aux Enfants du Paradis de Jean Carné en passant par Frankenstein de James Whale. En somme : vous avez l’embarras du choix.     

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques