Conspiracy - Orlando Bloom : "Il est important pour moi de défendre un film porté par une femme forte"

INTERVIEW – Le célèbre Legolas du "Seigneur des anneaux" renoue avec un univers plus contemporain et réaliste dans "Conspiracy", thriller d’espionnage dans lequel il prête main-forte à une Noomi Rapace embarquée malgré elle dans un complot terroriste. LCI a eu la chance de le rencontrer à Londres.

Dans Conspiracy, vous n’êtes ni le héros ni le samaritain. C’est ce qui vous a plu : jouer quelque chose de différent ? 

Orlando Bloom : Dans une certaine mesure oui. C’était très amusant d’avoir l’opportunité d’incarner un mec qui, sur le papier, est un pur produit des services secrets britanniques mais que j’ai voulu davantage brut de décoffrage. J’ai imaginé qu’il avait fait l’armée, de la prison, jusqu’à devenir ce mercenaire capable de prendre en main les situations les plus difficiles. Je l’ai aussi voulu charmant car il séduit le personnage de Noomi pour gagner sa confiance, pour obtenir les informations dont il a besoin. 


Vous aviez déjà joué un personnage rugueux dans Zulu de Jérôme Salle ? 

O.B. : Et c’était une expérience incroyable. Dans Conspiracy, je n’étais pas convaincu à la première lecture du scénario mais quand j’ai rencontré Michael Apted, il s’est montré ouvert à mes propositions pour que l’on rende le rôle plus consistant, plus excentrique. Je me suis alors lancé. J’ai besoin de jouer des personnages qui représentent un challenge pour moi, qui montrent un nouveau visage, une autre palette. 


Le film résonne avec l’actualité puisqu’il y est question de terrorisme. Cela a conforté votre choix ? 

O.B. : Bien sûr. J’aime que l’art reflète la réalité. Nous avons tourné ce film il y a deux ans et malheureusement et étrangement, il est encore plus pertinent aujourd’hui. Cette histoire nous rappelle qu’il faut rester vigilant. C’est un sujet très délicat à traiter mais Michael a brillamment relevé le défi. 


Certaines actrices se plaignent de ne plus avoir assez de rôles après 40 ans. En tant qu’homme, en souffrez vous aussi ? 

O.B. : Au contraire. Plus nous avançons dans l’âge, plus les rôles sont intéressants. Grâce à mon expérience, je suscite peut-être davantage la curiosité et j’ai hâte de voir ce qui m’attend pour les dix ou vingt prochaines années. Mais pour les femmes, c’est différent. Les consciences évoluent sur la question mais il est important pour moi de défendre un film porté par une femme forte jouée par cette actrice de tempérament et investie qu’est Noomi Rapace. C’est Jason Bourne au féminin ! 


Un mot sur Pirates des Caraïbes 5 qui vient de sortir ? 

O.B. : Je n’ai que deux petites scènes mais j’ai adoré revenir dans cet univers. Je suis très fier de ce cinquième film : Joachim Ronning et Espen Sandberg ont fait un super boulot. Ils ont renoué avec l’esprit original de la saga, celui du premier volet.


Vous fêtez vos vingt ans de cinéma. Quel regard portez-vous sur ces deux décennies ?  

O.B. : Ca a été une drôle de virée. Pendant la première moitié de ma carrière, je me suis laissé guider, j’ai suivi le courant et désormais, j’ai l’impression de contrôler davantage, de prendre les rênes.  Je suis très excité par ce qui m’attend. 

En vidéo

INTERVIEW - Orlando Bloom revient sur ses 20 ans de carrière

Conspiracy, réalisé par Michael Apted avec également Noomi Rapace, Michael Douglas, John Malkovich, Toni Collette, à suivre dans les salles le 31 mai 2017.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques