"Daechois, Daechoises" : la lettre sexuellement explicite de Michel Hazanavicius

"Daechois, Daechoises" : la lettre sexuellement explicite de Michel Hazanavicius

HUMOUR NOIR – Même dans les pires moments de l'Histoire, il faut savoir rigoler. Et revendiquer le droit au plaisir. C'est le message de Michel Hazanavicius, le réalisateur de "The Artist", qui s'adresse aux terroristes de Daech dans une lettre ouverte à l'humour aussi corrosif qu'explicite. Jugez plutôt.

Il a choisi le terrain de l'humour. Michel Hazanavicius, le réalisateur oscarisé de The Artist, mais aussi des deux épisodes des aventures de l'espion OSS 117 avec Jean Dujardin, vient de se fendre d'une longue lettre ouverture aux terroristes de Daech, publiée sur son compte Facebook. "Daechois, Daechoises. Donc ça y est, c’est officiel, vous êtes en guerre contre nous", commence-t-il. "Ce qui est frustrant, c’est que vous n’avez ni uniforme ni signe distinctif, on ne sait pas vous reconnaître, et nous n’avons donc personne contre qui se battre. Frustration qui j’espère n’entraînera pas la désignation de faux coupables."

Le cinéaste, 48 ans, compagnon de la comédienne Bérénice Bejo, enchaîne ensuite avec une célébration du plaisir en mode bleu, blanc rouge. "Ici, en France, nous ce qu’on aime, c’est la vie. Et tous les plaisirs qui vont avec", assure-t-il. "Pour nous, entre naître et mourir le plus tard possible, l’idée est principalement de baiser, rire, manger, jouer, baiser, boire, lire, faire la sieste, baiser, discuter, manger, argumenter, peindre, baiser, se promener, jardiner, lire, baiser, offrir, s’engueuler, dormir, regarder des films, se gratter les couilles, péter pour faire rire les copains, mais surtout baiser, et éventuellement se taper une joyeuse petite branlette. On est le pays du plaisir, plus que de la morale", ajoute-t-il, estimant que "ici un jour, il y aura peut-être une place Monica Lewinsky, et ça nous fera rire. Personne ne l’a jugée, ici."

"Ici, ce qu’on aime, c’est faire ce qu’on veut"

Puis il se fait le plus explicite possible. Au nom du plaisir. "Alors dans la baise, c’est vrai que nous en France, on fait des trucs avec lesquels vous avez du mal", lance-t-il aux terroristes. "On aime bien lécher le sexe des femmes. Pas tous, sûrement, mais beaucoup d’entre nous. Et les fesses et le cul, aussi. Là aussi, pas tous, mais bon. Et les femmes aiment bien faire des fellations. On appelle ça des pipes. C’est très agréable. Bien sûr là aussi, toutes les filles n’aiment pas ça, et on ne force personne, mais ça se fait. Régulièrement. Et avec beaucoup de plaisir. Et puis il y a des garçons qui aiment bien ça, aussi. Se faire des fellations ou se lécher ou se pénétrer entre eux. Et les filles pareil. En fait, ici, ce qu’on aime, c’est faire ce qu’on veut. (…) Ça s’appelle la Liberté."

Enfin le cinéaste prévient : "Ce qui va arriver, à un moment ou un autre, c’est que nous allons être solidaires, grâce à vous. Nous allons comprendre que ces valeurs sont en danger", estime-t-il. "Et nous allons les aimer et les faire vivre encore plus fort. Ensemble. Ça s’appelle la fraternité (...) Vous allez faire des morts, oui. Mais aux yeux de l’Histoire, vous ne serez que les symptômes abjects d’une idéologie malade (...) D’autres vont décider de s’en remettre à des Le Pen, des Assad ou des Poutine pour se débarrasser de vous, et nous allons peut être doublement perdre. Mais vous ne gagnerez pas. Et ceux qui resteront continueront de baiser, de boire, de dîner ensemble, de se souvenir de ceux qui seront morts, et de baiser."

>> Pour lire la lettre entière de Michel Hazanavicius, c'est par ici !

EN SAVOIR +
>> Le direct des événements
>> Non, Charb n'avait pas "prédit" les attaques du Bataclan
>> Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats de Paris

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques