Daniel Craig : "Je ne vois aucune raison de ne pas refaire un James Bond"

Daniel Craig : "Je ne vois aucune raison de ne pas refaire un James Bond"

INTERVIEW - En jeans et blouson, le regard d'acier... et le sourire aux lèvres, Daniel Craig reçoit metronews dans la suite d'un palace parisien, au lendemain d'une avant-première triomphale au Grand Rex. Ce qui explique peut-être la bonne humeur de celui qui incarne 007 pour la quatrième fois dans "Spectre", en salles le 11 novembre. La dernière ? Pas sûr...

Dans quel état d'esprit êtes-vous alors que Spectre s'apprête à sortir sur les écrans du monde entier. Excité ? Soulagé ? Nostalgique ?
Tout à la fois. Tout ce que vous venez de dire. J'éprouve un grand soulagement parce que le film est enfin fini et que les gens peuvent le voir... ce qui est la raison pour laquelle on fait ce métier. Les projos privées, c'est bien. Mais c'est le grand public qui compte. C'est vrai qu'il y a un peu de nostalgie parce qu'on travaille étroitement avec des gens, pendant près de deux ans. C'est un peu comme une famille à la longue. Et puis comment ne pas être excité par la sortie d'un tel film ?

Un James Bond c'est très différent des "autres" films ?
Oh je ne sais pas... (il réfléchit) Ecoutez, on ne cherche pas à faire un film différent des autres. On veut juste faire le meilleur film possible. En sachant qu'il y a des règles, des restrictions auxquelles il faut se plier. Parce que c'est un James Bond et qu'on raconte une histoire très spécifique. A part ça, Sam Mendes et moi ne réfléchissons pas à comment être différents... Mais comment être bons !

Si je dis que Sam Mendes est le meilleur réalisateur de l'histoire de la saga, vous êtes d'accord ?
Je suis absolument d'accord. C'est un réalisateur qui est capable de faire de "gros" films, ce qui est un talent très spécifique. Mais c'est aussi un réalisateur fantastique avec les acteurs. Il comprend leurs inquiétudes, leurs peurs, tous les petits trucs dont ils souffrent (sourire). Avec lui on se sent en sécurité. Si on est à côté de la plaque un jour sur le tournage, il sera là pour vous relever. Et vous donner fière allure.

A LIRE AUSSI >> Sam Mendes prêt à réaliser un troisième James Bond ?

Et vous alors ? Est-ce que chaque nouvel épisode est une occasion de corriger, d'ajuster votre interprétation de 007 ?
C'est comme tout. Je dépends beaucoup des gens autour de moi, vous savez. Le réalisateur, le scénariste, mais aussi le costumier, etc. Je travaille le plus étroitement possible avec eux, pour récolter de l'inspiration, pour les inspirer aussi. Le fruit de ce travail, ce sont les idées que vous voyez à l'écran.

Peut-on dire, sans trop spolier, que Spectre marque la fin d'un cycle pour le personnage ? Que peut-être il a enfin gagné le droit au bonheur ?
Je ne sais pas s'il sera jamais totalement heureux. Mais je suis très satisfait de la manière dont il a évolué. Pour moi il a vécu une grande aventure depuis Casino Royale, et j'en suis fier.

A LIRE AUSSI >> Notre critique de Spectre : un 007 de première classe

Tout le monde vous demande si vous allez rempiler pour un 5e film. Mais franchement, pourquoi diriez-vous non si on vous le propose ?
Je ne vois aucune raison de ne pas refaire un autre James Bond au moment où je vous parle. Je n'essaie pas d'éluder la question à chaque fois qu'on me la pose. C'est juste que je ne sais pas. Vraiment pas (il insiste). Si j'inventais une autre réponse, ce serait idiot de ma part. Nous verrons bien.

Avez-vous déjà parlé de Bond avec Sean Connery ?
Non, jamais. On s'est échangé des messages mais on ne s'est jamais parlé de vive voix. En revanche j'ai parlé avec Roger (Moore), avec Pierce (Brosnan), oui...

Vous avez l'impression de faire partie d'un club très fermé ?
Non, non. Il n'y pas de club secret. On ne se réunit pas chaque année, le 3 juillet où quand sais-je dans un lieu mystérieux (rires).

Vous savez que les statues de tous les James Bond sont réunies chez Madame Tussauds à Londres, maintenant...
Non, je ne savais pas ! Mon Dieu, c'est un peu bizarre, non ? 

A VOIR AUSSI >> Les 6 James Bond réunis pour la première fois à Londres

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques