Et si le James Bond noir, c’était lui ?

Et si le James Bond noir, c’était lui ?

CASTING – Son nom ne vous dit rien et c’est (presque) normal. Ancien membre du groupe de hip-hop anglais So Solid Crew, Ashley Walters, se verrait bien enfiler le smoking de 007 après Daniel Craig. L’occasion de relancer le débat sur la possibilité de voir un comédien noir incarner l’espion préféré de sa Majesté.

Souvenez-vous. Dès 2013, avant même que Daniel Craig rempile dans Spectre, après le triomphe de Skyfall, la presse anglaise laissait entendre que Idris Elba, la star de la série Luther, pourrait lui succéder dans le costume de 007. Et devenir du même coup le premier James Bond noir de l’histoire. Une hérésie pour les uns, une idée de génie pour d’autres…

A l’époque, le principal intéressé avait mollement démenti, flatté de l’intérêt qu’on lui portait, avant que les noms d’autres candidats, tous blancs, fleurissent dans les médias. Depuis que l’actuel titulaire du poste laisse planer le doute sur sa retraite du MI6, les noms de Tom Hiddleston et Aidan Turner sont récemment venus s’ajouter à une liste déjà longue de prétendants, plus ou moins crédibles, de Damian Lewis à Tom Hardy en passant par Michael Fassbender.

"Je crois qu’il va bientôt y avoir un James Blond noir"

Si aucun d’entre eux n’est officiellement candidat, l’un de leurs confrères, moins célèbre, s’y verrait bien. Ashley Walters, ancien membre du groupe de hip-hop anglais So Solid Crew, devenu acteur, s’est confié au magazine Complex . Star de la série Top Boy, diffusée sur Channel 4 et Netflix, ce solide gaillard de 33 ans, se lance : "J’adorerais être James Bond. Je crois qu’il va bientôt y avoir un James Blond noir, et j’espère être dans la course."

Ashley Walters aurait-il eu vent d’un prochain casting ? Mystère. Si deux anciens Bond, Roger Moore et Pierce Brosnan, se sont montrés dubitatifs à l’idée de voir l’espion préféré de sa Majesté incarné par un acteur de couleur, les producteurs de la saga n’y verraient aucun inconvénient, bien au contraire. Les e-mails de Sony Pictures, hackés fin 2014, révélaient que la direction du studio elle-même avait suggéré le nom d’Idris Elba. Au début des années 1990, déjà, le nom d'Eddie Murphy aurait d'ailleurs circulé à Hollywood, sans suite.

Une évolution (presque) naturelle

Auteur d’un essai intitulé The James Bond Phenomenon : A Critical Reader, Christoph Linder, professeur à l’université d’Amsterdam, expliquait l’an dernier à GQ que "les discussions autour d’un Bond noir, comme celle d’un Bond non britannique, d’un Bond femme ou d’un Bond gay", existent depuis toujours. "La demande pour un Bond de couleur revient aujourd’hui en raison de certains changements dans la société. Maintenant que les Etats-Unis ont eu un président noir, pourquoi 007 ne le serait-il pas ?"

A LIRE AUSSI >> Jouer 007 ? Ce serait un honneur affirme Idris Elba
 

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques