Fences : Denzel Washington rafle tout en adaptant un Prix Pulitzer

PREVIEW – Aux Etats-Unis, l’acteur a mis le public, la critique et ses pairs d’accord avec sa troisième réalisation qui sortira sur les écrans français le 22 février. Adapté d’une pièce couronnée elle aussi de succès, "Fences" est l’une des belles surprises de ce début d’année.

En 2010, Fences gagnait trois Tony Awards à la cérémonie de remise de prix du théâtre américain, équivalente à nos Molière : Meilleure réadaptation (la pièce d’August Wilson créée en 1983 avait déjà été jouée), Meilleure actrice pour Viola Davis et meilleur acteur pour Denzel Washington. Sept ans plus tard, le comédien et sa partenaire reprennent leurs rôles respectifs dans une adaptation cinéma de ce même texte, mise en scène par Washington lui-même. 


Aux commandes de son troisième film après Antwone Fisher (dans lequel il dirigeait déjà l’actrice de la série How to Get Away with Murder) et The Great Debaters, la star américaine se glisse à nouveau dans le costume râpé de Troy Maxson, ancien joueur de baseball de la Negro League, éboueur dans le Pittsburg des années 50, frère aîné d’un soldat handicapé depuis la guerre, et mari de Rose, la mère de son fils cadet. Laquelle, malgré sa bienveillance et sa générosité, aura du mal à empêcher son époux de lutter contre ses démons (la bouteille, l’adultère ...) et à maintenir sa famille soudée. 


A travers ce foyer, c’est toute la société américaine des fifties et ses problématiques qui se dessinent ici : la reconstruction économique après-guerre, la place des Afro-Américains dans un pays discriminant, le statut de la femme à l’époque... Fort de ce texte socio-politique, auréolé du prix Pulitzer en 1987, Denzel Washington aura su créer la surprise aux Etats-Unis en associant succès au box-office et reconnaissance du tout Hollywood. Après que Viola Davis a décroché le Golden Globes, le Critics’ Choice award et le Screen Actors Guild award du meilleur second rôle féminin lors de cérémonies où le film cumulait les nominations, Fences concourt ainsi dans quatre catégories majeures aux Oscars : meilleur film, meilleur acteur, meilleure actrice dans un second rôle et meilleur scénario adapté. 


Une chose est sûre : qu’elle rafle la mise ou non le 26 février face à La La Land, grand favori de l’année, cette chronique universelle est d’ores et déjà le plus grand succès de la carrière de réalisateur de Denzel Washington. 

En vidéo

Fences : Denzel Washington et Viola Davis dans un extrait puissant et émouvant

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques