Festival de Deauville : "Mother !" impressionne, JoeyStarr met le feu

AMBIANCE - Au 43e Festival de Deauville, les nuits sont aussi belles que les jours. Au cinéma, Darren Aronofsky a électrisé les spectateurs avec son "Mother !". Au Kiehl's Club, JoeyStarr a joué le MC aux côtés du Dj Cut Killer pour enflammer le dance floor.

Ce vendredi, nous avons passé la journée avec le réalisateur américain Darren Aronofsky, auquel le 43e Festival de Deauville rend hommage. 


Après la présentation de son Mother ! à la Mostra de Venise et l'avant-première parisienne, le cinéaste, spécialisé dans les expériences cinématographiques puissantes, a eu les honneurs d'une rétrospective, où il était possible de revoir Pi, Requiem For A Dream ou encore Black Swan, mais aussi de l'inauguration de sa cabine. Nous étions là pour vivre l'événement. 

Tout d'abord, il y a eu la conférence de presse où les festivaliers rivalisaient de questions et d'interprétations au sujet de Mother !, ce long métrage surprise dont nous vantons, entre autres, la puissance et le jusqu'au-boutisme


Parmi les questions posées, un intervenant a demandé si un film avait récemment marqué le cinéaste. Aronofsky a répondu The Tribe et El Club, deux films qui brillent par leur noirceur.  

Le réalisateur de Requiem For A Dream s'est par la suite rendu sur les planches pour signer des autogaphes parfois... étonnants...

Avant d'inaugurer sa cabine parmi les autres stars. Comme dirait son attaché de presse Michel Burstein : "C'est mérité".

Par la suite, direction la Villa Kiehl's pour une interview avec Darren Aronofsky. 


Il nous parle entre autres du caractère punk de son nouveau long métrage (Mother !, construit sur le simple nom de la star Jennifer Lawrence), de ses influences (Barbe Bleue comme Possession de Andrzej Zulawski, où Isabelle Adjani se tordait d'amour hystérique pour un monstre) et nous confie son angoisse face à la manière dont l'homme maltraite la nature tout en s'avouant malgré tout optimiste pour notre futur.


Quelques heures, c'est l'heure de son hommage et de la présentation en avant-première de Mother ! Au moins, on ne peut pas dire que les spectateurs n'étaient pas prévenus...

JoeyStarr, invité surprise de la soirée, a mis le feu

Au 43e Festival de Deauville, les nuits sont aussi belles que les jours. JoeyStarr & Cut Killer, deux légendes de la culture urbaine qu'on ne présente plus, se sont retrouvés au Kiehl’s club.

Un moment de chaos pour le plus grand bonheur de ceux qui y assistaient (et qui ne s'y attendaient pas). Un peu de répit après une compétition de haut vol, en attendant le palmarès du samedi soir...

Plus d'articles

Sur le même sujet