Gérardmer 2014 – Jan Kounen : "Je n’ai pas peur des films de zombies"

Gérardmer 2014 – Jan Kounen : "Je n’ai pas peur des films de zombies"

INTERVIEW - Cette année, le jury du Festival international du film fantastique de Gérardmer est présidé par le cinéaste Jan Kounen. En toute affabilité, l’intéressé, habitué des lieux, s’est prêté à notre questionnaire 100% frisson.

Quel est votre premier souvenir de peur au cinéma ?
Je dirais Planète interdite. Je l’ai découvert sur France 3 dans l’émission "Le cinéma de minuit" de Patrick Brion. C’est le premier film qui m’a vraiment fait peur. Je l’ai vu assez jeune. Aujourd’hui, je peux le montrer à ma fille sans problème. Ce n’est plus effrayant. Mais c’est en tout cas le premier souvenir de peur qui me vient à l’esprit.

Et quelle a donc été votre plus grande peur ?
Alien ! Je l’ai vu à l’âge de 14 ans. J’avais au préalable acheté un numéro spécial de Métal Hurlant consacré à sa sortie. Je connaissais donc tout avant même d’aller le voir. J’en rêvais, je l’attendais avec impatience. C’était une épreuve pour moi, comme monter un mur d’escalade alors qu’on a le vertige.

Quel est le monstre de cinéma le plus réussi selon vous ?
On m’a souvent posé cette question mais je n’ai pas trouvé la réponse. (il réfléchit longuement) Encore une fois, Alien. C’est la première fois que j’y croyais vraiment. Par la suite, je dirais que ce sont les dinosaures de Fantasia. J’avais 5 ans. J’ai encore les images dans ma tête. Je revoyais dans mes cauchemars la mise à mort du triceratops par le tyrannosaure.

"Le serial-killer qui m’a fait le plus peur est celui de J’ai rencontré le diable"

Avec quel serial killer n’aimeriez-vous pas être enfermé dans une maison ?
Oula ! Vous pourriez plutôt me demander avec lequel j’accepterais d’être enfermé (rires). Je ne peux pas répondre… C’est comme de me demander si je préfère me couper la jambe ou le bras. Cela dit, le serial-killer qui m’a fait le plus peur est celui de J’ai rencontré le diable. Je n’aimerais pas être une jeune fille et croiser ce type. Ce film est brillantissime, c’est un chef d’œuvre.

Quel est le film qui effraie tout le monde et qui vous laisse de marbre ?
Je suis effrayé assez facilement... Disons que je n’ai pas peur des films de zombies. Je sursaute de temps en temps, mais rien de plus. Je crois que les morts peuvent revenir mais pas comme ça (rires).

Quel film êtes-vous incapable de voir seul ?
Celui que j’ai eu le plus de mal à voir seul, ça a été Irréversible de Gaspar Noé. C’était un plaisir mais aussi une épreuve physiologique. Gaspar est le cinéaste le plus intéressant en France. Je ne  reverrai jamais Irréversible tout seul.

Quel est le réalisateur qui incarne le mieux le cinéma de genre ?
Stanley Kubrick. Tout le monde doit avoir cette réponse j’imagine… ça ne me parait pas très original. Mais forcément, quand on a fait Shining, 2001 l’odyssée de l’espace et Orange mécanique, on a exploré le genre par trois chefs-d’œuvre. Ce sont des films monumentaux. J’ai une préférence pour 2001. J’ai reçu une claque en le voyant à 8 ans. J’étais pressé de devenir adulte pour le comprendre vraiment.

Quels sont vos derniers coups de cœur dans le genre ?
Snowpiercer, de Bong Joon-Ho… J’ai beaucoup aimé El Limpiador aussi… Je ne parle pas de Gravity qui a été une claque. Je l’ai vu en Dolby Atmos au Pathé Wepler, c’est fou. Franchement, voir ce film en DVD chez soit équivaut à regarder Lawrence d’Arabie sur une téléphone portable. 

Plus d'articles

Les tags

    En ce moment

    Rubriques