Prix Lumières 2016 : "Mustang" poursuit son irrésistible ascension

Prix Lumières 2016 : "Mustang" poursuit son irrésistible ascension

MADE IN FRANCE – Ce lundi 8 février, la 21e cérémonie des Prix Lumières se tenait à l'Espace Pierre Cardin, près des Champs-Elysées, à Paris. Le film "Mustang", qui représentera la France aux Oscars, a une fois de plus mis tout le monde d'accord en raflant pas moins de trois prix parmi les onze catégories.

C'est la réponse française aux Golden Globes, les trophées de la presse étrangère à Hollywood. Lancés en 1995 par le défunt producteur Daniel Toscan du Plantier, les Lumières du cinéma voient la presse étrangère à Paris récompenser le meilleur du cinéma français de l'année écoulée. Et donner un avant-goût des César, qui se dérouleront le 26 février au Théâtre du Châtelet.

Le grand gagnant de cette édition 2016, c'est incontestablement Mustang, le premier de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Erguven. Alors qu'il vient d'obtenir le Goya du meilleur film européen, il y a quelques jours, le long métrage a remporté le prix du meilleur film et le prix Heike Hurst du premier film. De leur côté les cinq actrices qui portent ce portrait poignant de la jeunesse turque (Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Elit İşcan, Tuğba Sunguroğlu et İlayda Akdoğan) ont été sacrées révélations féminines.

Des films engagés à l'honneur

Un autre film polémique, qui traite de la prostitution au Maroc, s'est vu remettre le prix du film francophone : Much Loved de Nabil Ayouch. Dans le reste du palmarès, Arnaud Desplechin a remporté le prix de la réalisation pour Trois souvenirs de ma jeunesse tandis que Philippe Faucon a été primé pour le scénario de Fatima.

EN SAVOIR +
>>
3 choses à savoir sur Mustang, le film qui représentera la France aux Oscars 2016
>> Le film français Mustang récompensé aux Goyas, les César espagnols
>>
Deniz Gamze Erguven : "quand Mustang est sorti, je craignais que personne ne vienne"

Côté comédiens, la prestation de Catherine Frot dans Marguerite a été saluée, tout comme celle de Vincent Lindon, à la fois dans La loi du marché mais aussi dans Journal d’une femme de chambre. Enfin, la révélation masculine est revenue au jeune Rod Paradot, qui jouait pour la première fois au cinéma dans La Tête haute, le film d'ouverture du dernier Festival de Cannes.

Palmarès complet (les lauréats sont en gras) :

Film
La belle saison de Catherine Corsini
Dheepan de Jacques Audiard
L’hermine de Christian Vincent
Marguerite de Xavier Giannoli
Mustang de Deniz Gamze Erguven
Trois souvenirs de ma jeunesse de Arnaud Desplechin

Réalisateur
Jacques Audiard pour Dheepan
Catherine Corsini pour La belle saison
Arnaud Desplechin pour Trois souvenirs de ma jeunesse
Philippe Garrel pour L’ombre des femmes
Xavier Giannoli pour Marguerite
Maïwenn pour Mon roi

Scénario
Catherine Corsini et Laurette Polmanss pour La belle saison
Arnaud Desplechin et Julie Peyr pour Trois souvenirs de ma jeunesse
Philippe Faucon pour Fatima
Deniz Gamze Erguven et Alice Winocour pour Mustang
Xavier Giannoli pour Marguerite
Arnaud et Jean-Marie Larrieu pour 21 nuits avec Pattie

Actrice
Emmanuelle Bercot dans Mon roi
Clotilde Courau dans L’ombre des femmes
Catherine Frot dans Marguerite
Izïa Higelin dans La belle saison
Isabelle Huppert dans Valley of Love
Elsa Zylberstein dans Un + une

Acteur
Gérard Depardieu dans Valley of Love
André Dussollier dans 21 nuits avec Pattie
Vincent Lindon dans La loi du marché et Journal d’une femme de chambre
Fabrice Luchini dans L’hermine
Vincent Macaigne dans Les deux amis
Jérémie Renier dans Ni le ciel ni la terre

Révélation féminine
Golshifteh Farahani dans Les deux amis
Sara Giraudeau dans Les bêtises
Baya Medhaffar dans À peine j’ouvre les yeux
Lou Roy-Lecollinet dans Trois souvenirs de ma jeunesse
Sophie Verbeeck dans À trois on y va
Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Elit İşcan, Tuğba Sunguroğlu et İlayda Akdoğan dans Mustang

Révélation masculine
Stany Coppet dans La vie pure
Quentin Dolmaire dans Trois souvenirs de ma jeunesse
Alban Lenoir dans Un Français
Félix Moati dans À trois on y va
Harmandeep Palminder dans Bébé tigre
Rod Paradot dans La tête haute

Prix Heike Hurst du premier film
Bébé tigre de Cyprien Vial
Les deux amis de Louis Garrel
Mustang de Deniz Gamze Erguven
Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore
La vie pure de Jérémy Banster
Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador

Film francophone
À peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid (Tunisie, Belgique, France)
L’année prochaine de Vania Leturcq (Belgique, France)
Much Loved de Nabil Ayouch (France, Maroc)
Les Terrasses de Merzak Allouache (France, Algérie)
Le tout nouveau testament de Jaco van Dormael (France, Belgique, Luxembourg)
La vanité de Lionel Baier (Suisse, France)

Musique
Bruno Coulais pour Journal d’une femme de chambre
Warren Ellis pour Mustang
Grégoire Hetzel pour La belle saison et Trois souvenirs de ma jeunesse
Mike Lévy, alias Gesaffelstein pour Maryland
Béatrice Thiriet pour L’astragale Jean-Claude Vannier pour Microbe et Gasoil

Documentaire
Le bouton de nacre de Patricio Guzmán
Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent
Human de Yann Arthus-Bertrand
Sud Eau Nord Déplacer de Antoine Boutet
L’image manquante de Rithy Pan

Plus d'articles

Les tags

    À suivre

    Rubriques