"Qu’est-ce qu’on a fait au Bon dieu ?" : Bourgeois au bord de la crise de nerfs

"Qu’est-ce qu’on a fait au Bon dieu ?" : Bourgeois au bord de la crise de nerfs

HUMOUR - Assistés de la jeune garde de la comédie française, Christian Clavier et Chantal Lauby s’attaquent aux clichés communautaires dans "Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu" ? Le couple de cinéma analyse pour "Metronews" les ressorts de ce joyeux film choral.

Le mariage mixte en question
Après Mauvaise foi et Il reste du jambon ?, Philippe de Chauveron s’intéresse lui aussi au mariage mixte à travers les déboires d’un couple de bourgeois qui digèrent mal la religion et les racines de leurs quatre gendres, aussi brillants et sympathiques soient-ils. "Christian et moi jouons deux personnes comme il en existe beaucoup", explique Chantal Lauby. "Ils se croient ouvert d’esprit mais commettent de gros impairs envers leurs gendres par peur, méconnaissance et maladresse."

Le racisme ordinaire sous toutes ses coutures
Des juifs qui auraient la bosse du commerce, aux Asiatiques qui afficheraient un sourire permanent, Qu’est ce qu’on a fait au Bon dieu ? aligne les préjugés pour mieux en souligner la stupidité.. "Tous les personnages, qu’il s’agisse des bourgeois, de leurs gendres ou des beaux-parents africains, ont des a priori sur les autres. Personne n’est tout blanc ou tout noir", raconte Christian Clavier. "Mais le film n’est ni redresseur de tort ni moraliste, juste très bien vu. Chacun s’y reconnaitra et c’est sans doute pour cela qu’on rit autant."

Un couple bien sous tous rapports
Se donnant la réplique pour la première fois, Chantal Lauby et Christian Clavier se lâchent en couple bondieusard pétri d’a priori. "Il n’y a rien de mieux que de jouer des personnages avec de gros défauts", explique l’acteur. "Les gentils, les bons sentiments, le politiquement correct, c’est ennuyeux. Pour le spectateur, comme pour les acteurs."

Un quatuor de gendres populaire
Dans la peau des gendres "Benetton", Ary Abittan, Medi Sadoun, Fréderic Chau et Noom Diawara détonnent face à leurs beaux-parents Vieille France. "Le mélange de générations est toujours amusant et amène en général une belle énergie sur le plateau", conclut Christian Clavier qui n’exclurait pas d’enrôler certains de ses nouveaux complices dans Les Visiteurs 3 : la Terreur, pour lequel il retrouvera bientôt Jean Reno.



 

Plus d'articles