Rupert Grint : "C'est qui ce Dany Boon ?"

Rupert Grint : "C'est qui ce Dany Boon ?"

INTERVIEW – Inoubliable Ron Weasley dans "Harry Potter", l’acteur britannique de 27 ans a rangé sa baguette magique pour usurper l’identité de Stanley Kubrick dans la comédie psychédélirante "Moonwalkers". Rencontre.

Pourquoi le scénario de Moonwalkers vous a-t-il attiré ?
Il s’appuie sur une théorie du complot qui m’a toujours amusé selon laquelle Stanley Kubrick aurait filmé un faux alunissage dans un studio en 1969 parce que le vrai aurait été un échec. Ça m’a toujours paru crédible. Et puis, gamin, j’étais fasciné par l’espace. Avec ce film, j’ai l’impression d’être un astronaute : c’est un peu un rêve de gosse qui se réalise.

Ça fait quoi de rentrer dans la peau de Kubrick ?
Le costume est un peu grand pour moi. Mais, je suis fan, j’ai vu tous ses films !

Le film se passe dans les années 60. Qu’évoque cette période pour vous ?
Moonwalkers a poussé les curseurs pour accentuer la comédie mais les années 60, la liberté, la musique, les Kinks, les Stones, les fringues, le style de vie, me fascinent. Londres qui est aujourd’hui ma ville était The place to be. J’aurais adoré vivre à cette époque.

Trouver de nouveaux projets après Harry Potter a-t-il été difficile ?
Il y a tellement de fans qu’il me sera difficile, voire impossible, de me séparer de Ron Weasley et Harry Potter un jour. Mais je ne m’en plains pas, j’en suis même fier. Je ne serais pas là sans ces films. D’ailleurs, je n’essaierai pas de choquer volontairement le public pour casser cette image.

Quels sont les rôles dont vous rêvez aujourd’hui ? 
Des mecs à cran peut-être. Et j’adorerais faire plus de théâtre.

"Harry Potter a occupé ma vie pendant dix ans"

Et qu'en est-il de You are in the merde que vous deviez tourner avec Danyboon ?
En France, tout le monde m'en parle mais je ne suis pas au courant. Et c'est qui ce Danyboon ?

Vous recevez beaucoup de propositions à la "Harry Potter" ? 
Ca arrive mais j’essaie de me concentrer sur de nouvelles choses. Et ne pas savoir ce que je ferai demain est assez excitant car, pendant des années, mon agenda a été conditionné par Harry Potter. La période qui a suivi le dernier film a d’ailleurs été très étrange : il a fallu un petit ajustement. Les tournages ont occupé une bonne partie de ma vie pendant presque dix ans et tout à coup, ça s’est arrêté. Mais c’était aussi le bon moment pour passer à autre chose. 

Vous n’avez jamais pris la grosse tête ? 

Non, aucun de nous d’ailleurs. Nous étions bien entourés et nous nous concentrions sur le travail. 

Vous êtes toujours en contact avec Daniel Radcliffe ? 
Bien sûr. Nous nous voyons de temps en temps. Et je pense que ce sera toujours le cas.

Plus d'articles

Les tags

    À suivre

    Rubriques