Sully : "Clint Eastwood était le candidat idéal pour raconter mon histoire"

Sully : "Clint Eastwood était le candidat idéal pour raconter mon histoire"

HISTOIRE VRAIE - Devant la caméra de Clint Eastwood, Tom Hanks joue le rôle de Sully, le pilote de ligne qui, en 2009, amerrissait d’urgence sur l’Hudson et sauvait ainsi 155 passagers et son équipage. LCI a assisté à la conférence de presse à laquelle participait le vrai Commandant Chesley Sullenberger, dit Sully. Morceaux choisis des propos de ce héros de l’aviation.

Comment avez-vous réagi à l’annonce d’un film sur votre incroyable histoire ? 

Sully : Quand Clint Eastwood est venu nous rencontrer, chez nous, ma femme et moi,  ça a rendu les choses concrètes. Nous n’avons pas tant parlé du film, plutôt de nos vies. Il m’a d’ailleurs raconté une histoire surprenante. Dans les années 50,  quand il était dans l’armée, il s’est retrouvé dans un avion qui a amerri d’urgence sur le Pacifique, au large des côtes californiennes. Cela faisait de lui le candidat idéal pour raconter mon histoire. 


Vous êtes-vous remis du choc de l’accident ? 

Sully : J’y travaille encore. Il y a un avant et un après. J’ai dû apprendre à vivre différemment en devenant un personnage public. Il faut développer d’autres talents mais c’est une chance : cela donne une tribune pour parler des choses auxquelles je tiens depuis toujours. 


Avez-vous fait des rêves près l’incident et après avoir vu le film ?

Sully : Bien que nous nous en soyons sortis, ce vol a été traumatisant pour les passagers et leurs familles. Pour moi aussi : je pilotais depuis 30 ans et j’essayais de rendre les vols les plus routiniers, prévisibles, possible. Mais, ce jour-là, nous avons été confrontés à quelque chose qui change une vie et mon corps a réagi au stress : pendant des jours, je n’ai pas pu dormir plus de 30 ou 40 minutes d’affilée. Mon pouls et ma tension ont été élevés pendant dix semaines, malgré les médicaments, et, au début, j’ai fait des cauchemars. Mais l’être humain peut résister aux chocs et je pense y être parvenu en intégrant ce qui s’était passé comme une partie de moi-même.

Bande annonce "Sully"

Avez vous revolé après l’accident ? 

Sully : Oui, c’était primordial. Voler est ma passion et ma profession. Mais j’ai attendu d’être prêt. Il fallait notamment que mes cycles de sommeil, mon pouls, ma tension reviennent à la normale. Il fallait aussi que je passe des tests car je n’avais pas piloté pendant des mois. Quand j’ai repris le travail, je me suis senti bien : c’était comme revenir à la maison ou enfiler un vieux jean. Cependant, j’étais plus sensible au risque que pouvaient représenter les oiseaux. J’ai aussi mis un point d’honneur à voler avec Jeff Skiles qui était mon copilote sur le vol de 2009. Quand j’ai pris ma retraite, j’ai tenu à ce qu’il m’accompagne sur mon dernier vol. 


Comment avez-vous vécu l’enquête qui a suivi l’accident ? 

Sully : Dans les premiers jours, Jeff et moi nous reposions sur nos souvenirs de cet événement traumatisant pour voir si nous avions réagi correctement à l’urgence, si nous avions pris la décision qui conduirait au meilleur dénouement possible. L’enquête a été une expérience très instructive, utile, mais jusqu’à ce que tout le monde ait été interviewé, que toutes les données aient été compilées au bout de quinze mois, nous n’avons pas pu nous détendre. Notre réputation professionnelle était en jeu. 


Comment les New-Yorkais ont-ils perçu l’événement après le 11 septembre ? 

Sully : C‘était comme la fin d’un chapitre. Comme le dit l’un des personnages du film : "Enfin une belle histoire impliquant un vol à New York".

Plus d'articles

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques