Tout le monde en parle : "Get Out", le film d'horreur qui cartonne aux Etats-Unis

La présidence Donald Trump

Voir
BUZZ - Un jeune Afro-américain découvre la résidence secondaire de la famille de sa petite amie blanche. C'est le pitch de "Get Out", film d'horreur sur fond de racisme qui cartonne au box-office et qui traduit incidemment les convulsions de l'Amérique de Trump.

A la surprise générale, Get Out de Jordan Peele a fait une entrée fracassante au box-office nord-américain, glanant 26,1 millions de dollars ce week-end et 75,9 millions en deux semaines. Pour un film ayant coûté de 4.5M de dollars, c'est peu dire qu'il s'agit d'un succès. 


Ce film d'horreur retrace la découverte par un jeune noir (Daniel Kaluuya) de la famille de sa petite amie blanche (Allison Williams) rassemblée dans une résidence secondaire sur laquelle plane une étrange atmosphère. En substance, il brode sur le thème du racisme dans une atmosphère effroyable et s'impose, à en lire certaines critiques, comme le parangon cinématographique de l'Amérique sous Trump. 


Que l'on se rassure, comme en témoigne la phrase en exergue sur l'affiche ("Ce n'est pas parce que vous êtes invité que vous êtes le bienvenu"), il s'agit avant tout d'un vrai film d'horreur, qui préfère s'amuser avec son sujet plutôt que d'en faire une thèse. 

Approuvé par le réalisateur de "L'exorciste"

La puissance de ce thriller horrifique est d'autant plus inattendue que ce film est redevable à un membre du duo comique Key and Peele, à savoir Jordan Peele. Sous influence de La nuit des morts vivants de George A. Romero, il bénéficie du soutien du producteur Jason Blum, à qui l'on doit Paranormal Activity et les derniers M. Night Shyamalan (The Visit, Split). Devant la caméra, deux jeunes promesses : Daniel Kaluuya, vu dans les séries Skins et Black Mirror, et Allison Williams, visage connu de Girls.


Aux Etats-Unis, les critiques élogieuses pleuvent, générant notamment un taux de satisfaction de 99 % sur le site de référence Rotten Tomatoes. Ce qui assure, au-delà du contexte politique duquel il émane, que le film a d'imposantes qualités. D'ailleurs confirmées, via son compte Twitter, par William Friedkin, le réalisateur de L'exorciste, et son légendaire sens de la formule. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques