Une suite qui dérange : pourquoi Al Gore revient militer ?

DirectLCI
SUITE – Onze ans après "Une vérité qui dérange", Al Gore défend une nouvelle fois notre planète dans "Une suite qui dérange : le temps de l’action". Pourquoi a-t-il décidé de renouveler l’expérience au cinéma ? LCI vous donne quelques pistes avant la sortie.

Le temps de l’action est venu pour Al Gore. Il l’annonce sans détour dans le nouveau documentaire écolo dont il est le pilier. Si en 2006, l’ex-vice président de Bill Clinton alertait sur les dangers du réchauffement climatique dans Une vérité qui dérange, il enfonce le clou ici en mettant en garde sur l’accélération de la crise et en accentuant aussi son propos sur les solutions qui existent et qui doivent désormais s’accompagner d’une action politique. 


"D’après les réactions qui sont revenues à mes oreilles, le premier film a considérablement marqué un grand nombre de gens sur la planète", explique-t-il. "Je peux aussi vous dire que je voyage aux quatre coins du monde pour tenter d’informer les populations sur les solutions rentables pour sortir de la crise climatique. Et je continue à avoir des nouvelles de gens, presque tous les jours, qui me confient qu’Une vérité qui dérange a largement contribué à les convaincre de s’engager dans cette cause." 

En vidéo

Une suite qui dérange : extrait "Inspiration"

Prise de conscience

Une suite qui dérange, lui, a pour but de déclencher une prise de conscience supérieure et "de pousser ainsi les électeurs à exiger de leurs leaders politiques des solutions rapides." Car, sans décision majeure au plus haut niveau, rien ne bougera suffisamment vite pour endiguer la crise malgré les efforts déjà fournis depuis dix ans. Aux Etats-Unis, les villes d’Atlanta et Georgetown ont par exemple décidé de fonctionner à 100% avec de l’énergie renouvelable, tout comme les entreprises Google et Apple. Des signes d’amélioration encourageants mais encore insuffisants pour le défenseur de notre planète qui entend pousser le curseur avec ce long-métrage. 


"Il y a onze ans, j’ai appris qu’à notre époque moderne, un film pouvait être l’arme la plus puissante pour transmettre un message. Parce qu’il en appelle à la fois au cœur et à l’intellect des gens" déclarait-il ainsi à Cannes, en mai dernier, où Une suite qui dérange était projeté dans une version différente de celle qui sortira le 27 septembre. 

En vidéo

Une suite qui dérange : l'extrait 'Inondation"

Trump change le film

En effet, depuis, le Président climato-sceptique Donald Trump a confirmé vouloir se retirer des accords de Paris sur le climat signés en 2015.  Cette nouvelle donnée, et la réaction d’Al Gore qui suivit, ont été intégrées au film de Bonni Cohen et Jon Shenk. Lesquels tentent de rester optimistes malgré tout. "La bonne nouvelle c'est qu'il y a beaucoup d'espoir. La technologie existe pour créer suffisamment d'énergie propre pour l'économie mondiale et pour éviter une catastrophe climatique totale." Pour ne plus en douter et en savoir un peu plus sur ces solutions durables, rendez-vous en salles !  

Une suite qui dérange : le temps de l'action avec Al Gore à découvrir dans les salles le 27 septembre 2017.

Plus d'articles

Sur le même sujet