VIDÉO - "Ça" : qui se cache derrière le maquillage du clown Grippe-Sou ?

DirectLCI
CASTING - Encore inconnu du grand public, le jeune comédien suédois Bill Skarsgard incarne le terrifiant clown Grippe-Sou dans la nouvelle version de "Ça, le classique" de Stephen King en salles ce mercredi. Et pourtant il était loin d'être le premier choix des producteurs du film. Explications.

Les vrais clowns ne lui disent pas merci. Dans la nouvelle adaptation de Ça, le classique littéraire de Stephen King, en salles ce mercredi 20 septembre, Bill Skarsgard incarne Grippe-Sou, le croquemitaine responsable de la disparition de plusieurs enfants dans la petite bourgade américaine de Derry. Si le visage de ce comédien suédois âgé de 27 ans ne vous dit pas grand-chose, son nom de famille vous est peut-être familier. 


Il est en effet le fils de Stellan Skarsgard, légende nationale qui a débuté au théâtre sous les ordres d’Ingmar Bergman, avant de mener une riche carrière des deux côtés de l’Atlantique, aussi à l’aise chez Lars Von Trier (Breaking the waves, Dancer in the dark) que dans les blockbusters hollywoodiens (Thor, Pirates des Caraïbes). Il est aussi le jeune frère d’Alexander Skarsgard, alias Eric Northman, l’un des vampires sexy de la série True Blood et de Gustaf, Floki dans Vikings.

Un autre comédien avait été choisi

S’il s’est illustré dès l’âge de 20 ans au cinéma en jouant un jeune homme souffrant du syndrome d’Asperger dans la comédie Simple Simon, Bill Skarsgard a enchaîné les seconds rôles ces dernières années (Anna Karénine, Divergente) avant de faire forte impression dans la peau du sauvage Roman Godfrey dans la série fantastique Hemlock Grove, diffusée depuis 2013 sur Netflix. Reste qu’il  n’était pas le premier choix des producteurs de Ça pour incarner Grippe-Sou, loin de là. 


Afin de succéder à l’acteur britannique Tim Curry, excellent dans la minisérie tournée au début des années 1990, le réalisateur Cary Fukunaga a jeté son dévolu sur Will Poulter, jeune comédien anglais qu’on a pu voir dans The Revenant et Le Labyrinthe. C’était en mai 2015 et une série de divergences entre celui qui a brillamment mis en scène la saison 1 de True Detective et la société de production New Line va déboucher sur un clash insurmontable.

Deux mois plus tard, le film est confié à Andy Muschietti, le réalisateur argentin du flippant Mama avec Jessica Chastain. A l’époque, Will Poulter est toujours au casting. Mais en avril 2016, le comédien abandonne le projet. "J’étais très intrigué à l’idée de travailler avec lui, j’ai toujours pensé qu’il ferait un Grippe-Sou formidable", confiait cet été le cinéaste à Screen Rant. "On a discuté ensemble et il m’a clairement fait comprendre qu’il n’avait plus envie de jouer un personnage aussi sombre et terrifiant. C’est une décision que je respecte et je me suis senti libre de chercher mon propre Grippe-Sou."


Le nom de Bill Skarsgard ne va pas s’imposer d’emblée. Loin de là. Des acteurs plus âgés sont envisagés. Richard Armitage, Mark Rylance, Hugo Weaving, l’agent Smith de Matrix et même une femme, Tilda Swinton, sont envisagés. Ben Mendelsohn, fabuleux en frère psychotique dans la série Bloodline va tenir la corde avant d’abandonner pour des raisons financières. Après avoir proposé ses services par vidéos interposées, le jeune acteur suédois va finalement rencontrer Andy Muschietti et Barbara, la compagne et productrice du cinéaste.

Sa voix est tremblante, menaçante. Il semble prêt à fondre sur vous à tout moment"Bill Skarsgard, à propos de Grippe-Sou

"Il est arrivé et il nous a mis à genoux", a raconté cette dernière à E! News lors de l'avant-première américaine du film. "Son interprétation de Grippe-Sou était à la fois très personnelle et très érudite. Il était très proche du personnage dans  le roman, ce qui  nous a beaucoup plu car c’est le roman que nous avions en tête au moment d’aborder le casting. "Nous avons tous lu le livre quand nous étions ados. La minisérie est arrivée plus tard, et si la performance de Tim Curry était extraordinaire, le Grippe-Sou dont on se souvient au départ c’est celui du livre et il était assez différent." Mais qu’en dit l’intéressé, qui devrait reprendre le rôle dans un deuxième volet, prévu pour 2019 ?


"Grippe-Sou est constamment sur le point d’exploser", explique Bill Skarsgard dans le New York Times. "Sa voix est tremblante, menaçante. Il semble prêt à fondre sur vous à tout moment." A l’écran, le visage du comédien est à peine reconnaissable sous la couche de maquillage, ce qui n’est pas pour lui déplaire. "Je n’ai pas envie d’être associé à vie à un personnage", observe-t-il. "Parce que je veux pouvoir jouer différents types de rôles. Grippe-Sou est tellement différent de moi, dans son apparence et sa façon de parler que je pourrai jouer ensuite dans une comédie romantique sans que les gens réalisent qu’il s’agit du même gars." Vraiment ?

Plus d'articles

Sur le même sujet