VIDEO – "Salafistes" : le documentaire qui fait peur va-t-il être interdit aux moins de 18 ans ?

VIDEO – "Salafistes" : le documentaire qui fait peur va-t-il être interdit aux moins de 18 ans ?

DEBAT - C'est un document fort, voire brutal. Dans "Salafistes", les réalisateurs François Margolin et Lemine Ould M. Salem donnent la parole aux responsables d’Al-Qaïda au Maghreb islamique et aux autorités religieuses salafistes. Mais c'est la présence d'image de l'exécution du policier Ahmed Merabet par les frères Kouachi qui ont choqué le CNC, qui envisage de l'interdire aux mineurs.

Donner à voir et à entendre. Sans commentaire, quitte à choquer. Tel est le parti pris de Salafistes, le documentaire du réalisateur français François Margolin et du journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem. Présenté le 22 janvier à Biarritz au festival Festival international de programmes audiovisuels (Fipa), il devait à l'origine sortir ce mercredi au cinéma.

La scène de la mort d'Ahmed Merabet dérange

La commission de classification des œuvres du Centre National du Cinéma (CNC) préconisant son interdiction aux moins de 18 ans, ses auteurs ont écrit à la ministre de la Culture Fleur Pellerin pour lui indiquer qu'ils allaient présenter un nouveau montage, lui permettant d'échapper à un visa qui signe son arrêt de mort auprès du grand public.

En cause, des images non floutées de l'exécution du policier Ahmed Merabet, victime des tueurs de Charlie Hebdo. "J'ai décidé, pas à cause de la commission du visa, mais par respect pour la famille qui me l'a demandé, de couper une partie du lâche assassinat du policier boulevard Richard Lenoir par les frères Kouachi, juste après l'attaque de Charlie", indique François Margolin dans sa lettre, dévoilée par l'AFP.

Trois ans de tournage

La décision d'accorder au film un visa permettant une distribution plus large devrait intervenir "dans la soirée" de mardi, après visionnage du nouveau montage, précise le co-réalisateur, contacté par metronews.

Salafistes est le fruit de trois ans de tournage, au Mali, en Mauritanie et en Tunisie. Ses auteurs y ont conduits entretiens avec des responsables politiques d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et des autorités religieuses, qu'ils ont entrecoupés de vidéos de propagande du groupe djihadiste Etat islamique (EI) et d’Al-Qaida, mais aussi d'images amateurs filmées lors des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et de l’attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015 à Paris. 

A LIRE AUSSI >> Finalement le film Made in France sortira en VOD

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques