Attention aux épaves maquillées : mille véhicules dangereux ont été vendus d'occasion

Attention aux épaves maquillées : mille véhicules dangereux ont été vendus d'occasion

PRUDENCE - Plus de mille voitures ou motos potentiellement dangereuses ont été remises en circulation sans forcément avoir été réparées correctement. Leurs nouveaux propriétaires ont été prévenus par un courrier officiel de la Sécurité routière.

De l'extérieur, rien n'indique que la mécanique laisse en fait à désirer. Plus de mille voitures ou motos, qui viennent d'être achetées d'occasion, sont dangereuses. Les rapports d'expertise prétendant que ces véhicules étaient aptes à circuler sont nuls et non avenus. Si bien que leurs nouveaux propriétaires ont reçu une lettre du délégué interministériel à la Sécurité routière pour les alerter de ce problème, rapportent nos confrères du Parisien, qui ont pu consulter ce courrier. Explications

Le problème ? Un risque qu'il s'agisse d'épaves maquillées

Ces véhicules ont été gravement endommagés à la suite d’un accident de la route. Ils étaient donc interdits de circulation dans l'attente des réparations nécessaires. Un expert, qui n'est plus en droit d'exercer, a fait remettre en circulation des véhicules sans s'assurer que les travaux aient été effectués correctement. En clair, il s'agit d'une escroquerie à l'expertise.

Quoi ? 1021 véhicules concernés

Au total, 924 voitures, 27 motos, 45 camionnettes, 15 triporteurs et 10 voiturettes sont concernés. Pour la plupart, ils ont été vendus en Ile-de-France.

En vidéo

Automobile : quels départements achètent le plus de véhicules français ?

La solution ? Effectuer une expertise avant le 30 juin

Une expertise doit impérativement être réalisée avant le 30 juin 2017 afin d'effectuer, le cas échéant, les réparations nécessaires. Pour le moment, 60 % des propriétaires se sont fait connaître auprès de la Confédération française des experts de l'automobile. Pour ceux qui s'obstineraient (parmi les 40% restants) à ne pas se plier à cette consigne, ce sera le retrait de l'autorisation de circuler de leur véhicule. Le risque qu'ils roulent avec une épave maquillée est en effet bien réel car dans certains cas, des travaux superficiels ont été réalisés sur la carrosserie sans qu'aucune vraie réparation n'ait eu lieu sous le capot. 

Et sinon ? Immobilisation en cas de contrôle

En vidéo

3 000 € de contraventions pour une voiture qui ne lui appartient plus

En cas de contrôle, la police devra immobiliser les véhicules affectés et les placer en fourrière. Les forces de l'ordre ayant en permanence accès au fichier des immatriculations, cela ne pourra pas échapper aux agents le moment venu.  

Plus d'articles

Sur le même sujet