Vélo : le port du casque est désormais obligatoire pour les enfants, sous peine d'amende

SÉCURITÉ - Depuis ce mercredi 22 mars, le casque de vélo est obligatoire pour les enfants de moins de douze ans, qu'ils soient au guidon ou passagers. A défaut, une amende de 135 euros (minorée à 90 euros en cas de paiement rapide) pourra être infligée à l'adulte qui l'accompagne.

Après l'Espagne, l'Autriche et la Suède notamment, le casque de vélo devient obligatoire pour les enfants en France. Un décret en ce sens (n° 2016-1800) a été publié mercredi 21 décembre 2016 au Journal officiel. Afin de laisser le temps aux familles de s'équiper, un délai de trois mois a été accordé. Ce qui a repoussé l'échéance à ce mercredi 22 mars.


Désormais, les adultes qui accompagnent un enfant de moins de douze ans à vélo, mais sans casque, ou qui en transportent un, sans casque non plus, en tant que passager sur leurs propres bicyclettes, risquent une amende de quatrième classe (135 euros, minorée à 90 euros). Environ 5,5 millions de jeunes cyclistes occasionnels ou réguliers correspondraient à cette tranche d'âge. 

Gilet jaune, lampes, catadioptres

Et les grands ? Il n'est pas encore question de soumettre les usagers de plus de douze ans à cette obligtion. Pour l'heure, au sein de l'Union européenne, seule la Finlande impose le casque aux adultes, mais déjà onze autres pays l'ont imposé aux mineurs en dessous d'un certain âge : jusqu'à dix ans à Malte, jusqu'à quinze ans en Slovaquie ou jusqu’à dix-huit ans  en République tchèque, parmi tant d'autres exemples.


Il n'empêche que le ministère de l'Intérieur invite les adultes à montrer l'exemple en se protégeant également. Concrètement, cela passe bien sûr par le casque mais aussi par des accessoires qui permettent d'être visibles la nuit : des feux (jaune ou blanc à l'avant, rouge à l'arrière), des catadioptres (dispositifs rétro-réfléchissants, rouge à l'arrière, blanc à l'avant et orange sur les côtés) et  le gilet jaune. Celui-ci est d'ailleurs obligatoire pour les cyclistes et leurs éventuels passagers qui roulent hors agglomération la nuit.

Le risque de blessure sérieuse à la tête réduit de 70%

Le port du casque est une protection essentielle. Il diminue le risque de blessure sérieuse à la tête de 70%, le risque de blessure mineure de 31% et le risque de blessure au visage de 28%, rappelle la Sécurité routière. Sans oublier que les chocs à la tête chez les jeunes enfants peuvent causer des traumatismes plus graves que chez les adultes ou les adolescents.  


Une étude récente, citée par la Sécurité routière, confirme et quantifie le risque de lésions neurologiques dans la tête des enfants de six ans portant et ne portant pas un casque. En porter amoindrit de façon drastique le risque de perte de connaissance : à plus de 10 km/h, il passe de 98% dans le cas d’une tête non casquée à 0,1% pour une tête casquée. 

En vidéo

Piétons : attention aux dangers de la nuit l'hiver

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques