Gaz, prestations sociales, annonces immobilières, billet de 50 euros, tarifs de votre plombier… tout ce qui change ce 1er avril

CONSO - Nouveaux tarifs, nouvelles réglementations... comme chaque année à cette période, il y a bien du changement (positif) dans votre quotidien à partir du 1er avril. LCI fait le point.

Non, ce n’est pas une blague ! Ce 1er avril s’annonce riche en nouveauté concernant le pouvoir d’achat des Français. Évolution du prix du gaz et du montant des prestations sociales, individualisation des frais de chauffage, transparence renforcée dans l'agroalimentaire... Petit tour d’horizon.

Légère hausse des prestations sociales

À l'exception des pensions de retraite, les prestations sociales et familiales vont connaître une légère hausse de 0,28 % à partir du 1er avril. Cette revalorisation annuelle, calculée en fonction de l'évolution moyenne de l'indice des prix sur les douze derniers mois, concerne la prime d'activité, le RSA, la CMU complémentaire (CMU-C), l'allocation adulte handicapé (AAH), l'allocation de solidarité spécifique (ASS), les pensions d'invalidité, l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) et l'allocation temporaire d'attente (ATA) qui est versée à certains étrangers demandeurs d'asile et en attente de réinsertion. 

Le prix du gaz en baisse

Dès ce samedi, les tarifs réglementés du gaz pratiqués par Engie (ex-EDF) diminuent en moyenne de 0,57 %. Dans le détail, la Commission de régulation de l’énergie indique que cette baisse (hors taxes) est de 0,8% pour les foyers se chauffant au gaz, de 0,3% pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson et de 0,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude.

L'individualisation des frais de chauffage devient obligatoire

Autre bonne nouvelle directement liée à la loi de transition énergétique. L'obligation d'installer dans les logements situés dans les copropriétés les plus énergivores, un compteur individuel de chauffage. L'idée est de facturer à chaque occupant la quantité réelle de chauffage qu'il consomme.

Meilleure transparence des tarifs des agences immobilières

À compter de samedi, les annonces immobilières auront moins de liberté dans l'affichage des prix des biens qu'elles vendent. Elles devront désormais systématiquement préciser dans l'agence et sur leur site internet, le prix de l'appartement ou de la maison en détaillant le montant des honoraires et en précisant ce qui est à la charge du propriétaire et de l'acquéreur.


Pour les locations, les agences devront préciser aux locataires potentiellement intéressés le montant du loyer mensuel "tout compris", les modalités de décompte des charges locatives, la surface et la commune où se trouve le bien.

En vidéo

Immobilier : la vente de maisons neuves en plein boom

La transparence des prix imposée aux artisans

Électriciens, serruriers, plombiers... Les artisans intervenant au domicile des particuliers devront désormais, s'ils disposent d'un site web, afficher leurs tarifs sur internet. Fini donc les mauvaises surprises en cas d'intervention en urgence d'un serrurier ou d’un plombier à votre domicile. L'arrêté paru en janvier dernier au Journal Officiel leur impose également de donner aux clients un devis récapitulant ces informations avant le lancement des travaux.

Un logo pour classer la qualité des plats cuisinés

Pour le moment, iI n'est que facultatif mais à partir du 1er avril, un logo devra être adossé sur les emballages des aliments pour informer de leur qualité nutritionnelle. Les cinq niveaux doivent permettre de classer les produits selon leur teneur en matière grasse, sel et sucre.


Jusqu'au 31 décembre 2018, ces produits devront également mentionner l'origine de la viande (lieux de naissance, d'élevage et d'abattage) et du lait (lieux de collecte, de conditionnement et de transformation) qui entrent dans leur composition.

En vidéo

Alimentation : un nouveau logo va indiquer la valeur nutritionnelle d’un produit

Un nouveau billet de 50 euros

Dévoilé en juillet 2016 par la Banque centrale européenne, le nouveau billet de 50 euros n'entre pas tout à fait en circulation ce samedi. Mais dès le mardi 4 avril, il sera disponible dans les distributeurs automatiques des banques. Son design modernisé, s'inscrit dans la lignée de celui des billets de 5, 10 et 20 euros imprimés depuis 2013.


A noter que ce billet ne sera pas recouvert d’un enduit protecteur destiné à accroître sa résistance à l’usure comme le sont les nouvelles coupures de 5 et 10 euros. Le billet de 50 euros est souvent moins manipulé que les autres petites coupures car il sert rarement à rendre la monnaie.

Plus d'articles

Les tags

    Sur le même sujet

    En ce moment

    Rubriques