Impôts : les principales dépenses qui permettent de payer moins

Impôts : les principales dépenses qui permettent de payer moins

AVANTAGES FISCAUX - Vérifiez que vous n'avez pas passé à la trappe des charges déductibles en remplissant votre déclaration de revenus sur Impots.gouv.fr ou sur le formulaire papier. Pension alimentaire, employé à domicile, frais de garde notamment peuvent vous faire économiser jusqu'à plusieurs milliers d'euros.

Vous avez jusqu'au 17 mai 2017 pour renvoyer votre déclaration de revenus papier (et quelques semaines de répit en version numérique). D'ici là, vérifiez non seulement vos informations personnelles et les montants pré-inscrits mais aussi n'oubliez pas d'indiquer certaines dépenses supportées en 2016. Celles-ci sont en effet susceptibles de vous donner droit à une déduction, une réduction ou un crédit d'impôt. Voici les principales charges déductibles qui peuvent faire baisser le montant dû au fisc.

En vidéo

Impôts et charges : la France la plus taxée

Pension alimentaire : déductible sans plafond pour les enfants mineurs

Il existe différents types de pensions alimentaires. Si vous êtes séparé de l'autre parent de vos enfants et que vous ne les avez pas à charge, vous pouvez déduire le montant de la pension alimentaire que vous versez à votre ex-conjoint. Dans quelles limites ? En totalité tant que les enfants sont mineurs. Un plafond de 5738 euros est appliqué après leurs 18 ans.  


Si vous aidez votre enfant majeur (étudiant, au chômage, mal payé ou quelque soit la raison) en lui versant une pension alimentaire, celle-ci est déductible dans la limite de 5738 euros. Ce montant est multiplié par deux (11476 euros) si votre enfant est marié ou pacsé ou s'il a lui-même des enfants à charge et à condition que les parents de son conjoint ne lui versent pas déjà une pension.


Enfin, si votre enfant majeur a vécu sous votre toit pendant toute l'année 2016, vous pouvez opter pour la déduction d'une somme forfaitaire de 3411 euros pour compenser les frais d'hébergement et de nourriture. Somme portée à 6822 euros s'il est lui-même marié ou pacsé ou encore parent. 


A noter :  dans ce dernier cas vous n'avez pas à justifier vos dépenses. Pour la plupart des autres charges, en revanche, vous devez pouvoir fournir la preuve de vos dépenses à l'administration fiscale si celle-ci vous en fait la demande.

Employé à domicile : avantage fiscal de 7500 euros pour une famille

Nounou pour les enfants, jardinier, aide ménagère ou autre, si vous avez eu recours aux services d'un salarié non seulement chez vous mais aussi dans votre résidence secondaire ou au domicile d'un parent dépendant en 2016, vous avez droit à un avantage fiscal dont la nature change selon votre situation.


Ce coup de pouce financier prend la forme d'une réduction d'impôt (montant soustrait du montant de l'impôt à payer) si vous étiez l'an dernier inactif (retraité, en incapacité de travailler... ) ou d'un crédit d'impôt (le fisc rembourse la différence si le crédit d'impôt est plus élevé que votre impôt à payer) si vous étiez actif (travailleur ou chômeur).


A noter : à partir de l'an prochain (impôts 2018 sur les revenus 2017), tous les contribuables auront droit à un crédit d'impôt, ce qui sera plus intéressant en particulier pour les retraités modestes.

Concrètement cette réduction ou crédit d'impôt s'élève à 50% de vos dépenses dans la limite de 12.000 à 15.000 euros par an (soit un avantage fiscal de 6000 à 7500 euros), selon la composition de votre foyer fiscal. Si vous avez employé un salarié pour la première fois en 2016, ces limites sont ré-haussées de 3000 euros (soit un avantage fiscal maximum de 9000 euros). Notez également que le plafond est relevé à 20.000 euros si une personne du foyer est invalide (soit un avantage fiscal de 10.000 euros).


Enfin, certaines prestations sont prises en compte dans des limites rabaissées : 5000 euros pour les petits travaux de jardinage, 3000 euros pour le dépannage informatique et 500 euros pour le petit bricolage.

Frais de garde : jusqu'à 1150 euros de crédit d'impôt par enfant

Si vous avez confié vos enfants (moins de 6 ans au 1er janvier 2016) à une assistante maternelle agréée, à une crèche, à une garderie ou à un centre de loisirs, vous avez droit à un crédit d'impôt. Son montant équivaut à 50% des sommes versées (une fois les aides de la Caf et/ou de votre entreprise déduites) dans la limite de 2300 euros par enfant, soit 1150 euros de crédit d'impôt maximum. Si ceux-ci sont en garde alternée, ce plafond est divisé par deux (1150 euros, soit 575 euros de crédit d'impôt maximum).  

Frais de scolarité : de 61 euros au collège à 183 euros dans le supérieur

Chaque enfant scolarisé donne droit à une réduction d'impôt. Celle-ci s'élève à 61 euros au collège, 153 euros au lycée et 183 euros dans le supérieur (même s'il est majeur du moment qu'il est rattaché à votre foyer fiscal). En cas de garde alternée, ces montants sont divisés par deux.

Frais liés à la perte d'autonomie : jusqu'à 2500 euros de réduction d'impôt

Si votre parent âgé est rattaché à votre foyer fiscal et qu'il a vécu en maison de retraite en 2016, les frais d'hébergement ou liés à la dépendance vous donnent droit à une réduction d’impôt, égale à 25% des dépenses, après déduction de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) et dans la limite de 10.000 euros par an pour chaque personne accueillie (soit une réduction d'impôt maximale de 2500 euros). Notez que si la personne hébergée déclare ses revenus de son côté, elle a droit aux mêmes avantages fiscaux.

De même, si vous avez pris en charge des dépenses pour vos ascendants ou leur avez versé de l'argent en 2016, les montants dépensés sont déductibles de vos revenus sans plafond.  


Enfin, si vous avez hébergé chez vous votre ascendant dans le besoin, vous pouvez déduire un montant forfaitaire de 3411 euros censés couvrir vos frais d'hébergement et de logement.  

Dons aux associations : jusqu'à 75% de réduction d'impôt

Donner à des organismes donne droit à des avantages fiscaux dont le montant varie selon les bénéficiaires. Ainsi, pour un organisme d'aide aux personnes en difficulté tels que les Restos du cœur, la Croix-rouge, la Fondation Abbé Pierre, parmi tant d'autres, les sommes versées en 2016 donnent droit à une réduction d'impôt de 75%, dans la limite de 530 euros.


Donner à une œuvre d'intérêt général ou d'utilité publique, telles que le Téléthon, la Fondation du patrimoine, le Sidaction notamment, donne droit à une réduction d'impôt de 66% des sommes versées dans la limite de 20% de votre revenu.

Sans oublier les dons ou les cotisations versées à un candidat ou à un parti politique. Ceux-ci donnent droit à une réduction d'impôt correspondant à 66% des sommes versées dans la limite de 20% du revenu imposable et avec des plafonds allant de 4600 euros à 15.000 euros selon les cas. Enfin, pour ceux qui n'ont pas opté pour la déduction des frais réels, les cotisations versées à un syndicat donnent droit à un crédit d'impôt de 66% des sommes versées, dans la limite de 1% du salaire brut.

Travaux écolo : jusqu'à 4800 euros pour un couple (et davantage avec des enfants)

Locataire ou propriétaire, si vous avez réalisé des travaux destinés à améliorer les performances énergétiques de votre résidence principale en 2016, vous pouvez récupérer 30% des sommes dépensées dans certaines limites sous forme de crédit d'impôt transition énergétique. Voici les plafonds :

- 8000 euros pour un célibataire, veuf ou divorcé (soit un crédit d'impot de 2400 euros maximum)

- 16.000 euros pour un couple marié ou pacsé avec une imposition commune (crédit d'impôt de 4800 euros maximum)

- majoration de 400 euros par personne à charge (200 euros par enfant en résidence alternée)

En vidéo

La déclaration de vos revenus, c’est jusqu'au 17 mai 2017 et un peu plus sur Impots.gouv

Seuls certains travaux ou équipements donnent droit à cet avantage fiscal. Ils portent principalement sur l'isolation thermique (fenêtres, double vitrage, toiture, murs...) et la production de chaleur et d'eau chaude (pompe à chaleur, inserts de cheminée, ballon d'eau chaude solaire...). Sans oublier l'installation de bornes de recharge pour véhicules électriques. Liste détaillée ici sur le site des impôts. 


Notez que ce crédit d'impôt est cumulable avec les autres aides de l'Etat (Eco-prêt à taux zéro, prime énergie, aides des collectivités locales et aides de l'Agence nationale de l'habitat) mais que celles-ci doivent être déduites avant d'appliquer les 30%.


Enfin, les travaux doivent être réalisés par un professionnel reconnu garant de l'environnement (RGE). Mais attention, prévient l'UFC-Que Choisir, avec des "prix exorbitants et des aides souvent oubliées" par les entreprises certifiées, ce qui est gagné d'un côté est en partie perdu de l'autre.

A noter : le cumul des avantages fiscaux est dans la plupart des cas plafonné à 10.000 euros par an par foyer fiscal. Le plafond est donc le même quel que soit le montant de votre revenu imposable.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques