Vacanciers évacués après les incendies : hébergement d'urgence, biens carbonisés, annulation... comment faire marcher les assurances ?

DirectLCI
INTERVIEW - Des milliers de vacanciers ont été évacués en raison des incendies qui sévissent dans le Sud du pays. Que prévoient les assurances, qu'il s'agisse d'une maison de vacances, d'une location, d'un séjour à l'hôtel ou encore au camping ? Hervé de Veyrac, assureur à Marseille, explique à LCI que tout dépend du contrat passé avec l'hébergeur et des assurances dont dispose l'assuré de son côté.

Au plus fort des incendies qui se sont déclarés dans le Sud-Est et la Corse lundi 24 juillet 2017, près de 12.000 personnes ont été évacuées par mesure de sécurité. Parmi elles, les vacanciers de Bormes-les-Mimosas, dans le Var, dont les habitations se trouvaient en lisière de la trajectoire des flammes, ont dû passer deux nuits dans des gymnases, dans des salles municipales ou sur la plage dans des sacs de couchage.

Prise en charge, remboursement, annulation sans frais... que prévoient les assurances pour les vacanciers qui ont vu leur séjour interrompu ou carrément annulé ? Hervé de Veyrac, assureur installé à Marseille et représentant au sein de la Fédération nationale des syndicats d'agents généraux (Agea), est en contact direct avec plusieurs clients concernés avec les incendies.


"Difficile de généraliser dans la mesure ou tout dépend non seulement du contrat passé avec l'hébergeur mais aussi des assurances dont dispose l'assuré de son côté, qu'il s'agisse des garanties incluses dans sa multirisque habitation, d'une assurance annulation qu'il aurait pu prendre en réservant son séjour ou encore des garanties incluses dans sa carte bancaire", explique-t-il à LCI. 

LCI : J'ai été averti de ne pas venir avant le début du séjour, puis-je me faire rembourser ?

Hervé de Veyrac : Il s'agit d'une impossibilité d'accès au lieu de villégiature, qui n'est ni de la faute de l'hébergeur ni de celle du client. Le principe est le même qu'il s'agisse d'une location saisonnière, d'un hôtel ou d'un camping. Il convient de distinguer ce qui est prévu dans le contrat qui vous lie à l'hébergeur de ce qui est prévu par vos propres assurances. Si vous faites partie des rares personnes à avoir pris une assurance annulation, proposée par le professionnel ou par votre assureur, c'est le cas le plus simple : vous pourrez la faire jouer pour vous faire rembourser les frais d'annulation et les sommes (arrhes ou acompte) déjà versées. Sinon, il faudra tenter de négocier avec le bailleur ou l'hôtelier. Votre multirisque habitation peut quant à elle jouer pour vos effets personnels emportés en villégiature et détruits ou endommagés sur place. Les conditions d'indemnisation et les montants prévus dépendent des contrats, à vérifier donc auprès de votre assureur. Sachez enfin que si vous avez réglé le séjour avec votre carte bancaire, celle-ci peut comporter des assurances annulation ou interruption de voyage.

LCI : J'ai loué un hébergement et mon séjour a été interrompu, vers qui me tourner ?

Hervé de Veyrac : Encore une fois, tout dépend de ce qui est prévu dans le contrat qui vous lie à l'hébergeur et des assurances que vous avez de votre côté, qu'il s'agisse de votre multirisque habitation, d'une assurance interruption souscrite pour ce séjour ou incluse dans votre carte bancaire (si toutefois vous l'avez utilisée pour payer).

LCI : J'ai dû quitter ma résidence secondaire menacée par les flammes, puis-je me faire rembourser l'hôtel ?

Hervé de Veyrac : Les frais de relogement sont pris en charge si votre résidence (principale ou secondaire) est couverte par un contrat multirisque habitation comportant des garanties complémentaires portant sur les dommages indirects. Niveau tarif, ce type d'option représente généralement autour de 15% du montant de la prime globale (45 euros par an par exemple pour une assurance habitation de 300 euros). De même, quelle que soit la cause, la garantie perte de loyer permet au propriétaire qui loue sa maison à l'année d'être indemnisé pour la période où les locataires n'auront pas pu y habiter.

LCI : Ma maison a brûlé, vers qui me tourner pour la prise en charge des travaux et pour des pertes ?

Hervé de Veyrac : En ce qui concerne les bâtiments endommagés (maison, commerce, entreprise, cabanon...), les contrats d'assurance prévoient tous a minima une garantie incendie. C'est donc votre assureur habitation qui interviendra en reconstruction du bien et en indemnisation de la perte des meubles.

LCI : Ma voiture a brûlé, vais-je être indemnisé ?

Hervé de Veyrac : Si votre voiture n'est assurée qu'en responsabilité civile, vous pouvez faire une croix sur l'indemnisation. En revanche, si elle est couverte contre les incendies (comme 83% des voitures en France), vous serez indemnisé pour la perte de votre véhicule. Notez que pour la maison comme pour la voiture, il convient de prévenir votre assureur dans les cinq jours ouvrés qui suivent le sinistre ou en tout cas dès lors que vous en avez connaissance. Conservez les biens endommagés pour faciliter l'expertise, même s'ils ont été carbonisés.

En vidéo

La cellule Vulcain : brigade à la recherche d’indices suite aux incendies de feux de forêt

LCI : J'ai subi des préjudices corporels, à quoi ai-je droit ?

Hervé de Veyrac : Si des particuliers sont blessés ou succombent dans un incendie (ce qui n'est pas le cas pour les incendies de cette semaine), ceux-ci ou leurs proches sont indemnisés au même titre que n'importe quelle blessure ou décès accidentel (que la cause de l'incendie soit d'origine accidentelle ou criminelle). S'il est prouvé que l'incendie est d'origine criminelle, les victimes peuvent être indemnisées par le Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI).

LCI : Un arrêté de catastrophe naturelle pourrait-il être pris pour ces feux de forêt ?

Hervé de Veyrac : Non, ces incendies ne pourront pas donner lieu à des arrêtés d'état de catastrophe naturelle car contrairement aux inondations, tremblement de terre ou avalanche notamment, les feux de forêts et les dommages liés aux effets du vent sont exclus de la définition de ces risques là.

Plus d'articles

Sur le même sujet