L'hygiène de votre restaurant ou de votre supermarché est elle bonne ? A partir de ce lundi, voici les 4 pictogrammes à connaître

SMILEY OR NOT SMILEY ? - Après trois ans de polémique, le ministère de l'Agriculture met en ligne ce lundi les premiers résultats des contrôles effectués dans 1500 établissements (restaurants, cantine, abattoirs ou supermarchés). 50.000 autres suivront. Ils seront notés avec quatre types de smileys, du plus souriant au plus grimaçant. Pour découvrir ces résultats, rendez-vous sur l'application et le site alim-confiance.gouv.fr.

Le resto du coin de la rue vous semble un peu douteux ? Vous pourrez bientôt savoir si vos inquiétudes sont fondées. Le tout sans risquer l’intoxication alimentaire. À partir de ce lundi, et après trois ans de polémiques, l’État va dévoiler sur internet et sur l'application les premières notes des contrôles sanitaires des restaurants, abattoirs, supermarchés et cantines visités par ses inpecteurs.


>> Consultez ICI notre carte pour découvrir l'hygiène de votre restaurant


Pour déterminer si l’endroit est sain, quatre variantes de notes ont été imaginées : "Très satisfaisant", "Satisfaisant", "A améliorer", "A corriger de manière urgente". Celles-ci seront représentées par des smileys blanc sur fond bleu. Le smiley le plus grimaçant induira une fermeture d’urgence de l’établissement, indique  une responsable du ministère de l'Agriculture, qui pilote ce dossier issu de la loi d'Avenir de l'Agriculture adoptée fin 2014. Les trois premiers niveaux n'impliquent en revanche "pas de risque pour la santé du consommateur".

1500 adresses évaluées dès ce lundi

Si les notes de seules 1.000 à 1.500 adresses – qui correspondent aux établissements visités au mois de mars - seront publiées lundi sur le site www.alim-confiance.gouv.fr, celles des quelques 55.000 autres y seront progressivement affichées. Chaque note sera valable et visible pendant un an sur ce site internet, ainsi que sur une application pour smartphone intitulée alim’confiance.


Le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, l’Irlande, le Danemark, la Finlande, la Lituanie et la Norvège ont déjà adopté ce type de mesures. Dans ces huit pays européens, le dispositif a entrainé une amélioration du niveau sanitaire des établissements, affirme le ministère de l’Agriculture.

Les inquiétudes du secteur

Pour l'Umih (Union des métiers et industries de l'hôtellerie), principal syndicat professionnel en restauration, le système est cependant loin d'être satisfaisant. Selon l'un des responsables, Ubert Jan, interviewé par l'AFP, le secteur "n'avait pas besoin de mesures comme ça en ce moment, avec la baisse du volume d'affaires de 3% enregistrée dans l'hôtellerie-restauration en 2015 et en 2016". Le système de notation serait à son avis trop pointu, une simple dalle de carrelage fendue suffisant à abaisser la note. D'autre part, la publication de ces résultats sur internet n'est pour lui pas de bonne augure. "Ils vont publier les smileys sur les fiches de restaurants, et nous serons marqués au fer rouge de façon indélébile", se plaint-il. 


Pour apaiser les esprits, le ministère de l'Agriculture assure qu'en 2016, seul 1% des 55.000 établissements visités ont été contraints de fermer leurs portes, faute d'hygiène. Cette année-ci, 35% des contrôles ont été effectués dans l'industrie agroalimentaire (abattoirs ou sites de transformation), 25% dans les restaurants, 22% dans les cantines, et 18% dans les commerces, boucheries de quartier, rayon marée dans un hypermarché, ou vente au détail dans une exploitation agricole.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques