Les constructeurs automobiles trichent sur la consommation de carburant

Les constructeurs automobiles trichent sur la consommation de carburant

TRICHE - L'hebdomadaire Autoplus dévoile que les constructeurs sous-estiment largement la consommation de carburants de leurs véhicules. Les Français seraient les plus "déconnectés de la réalité".

Après le scandale Volkswagen sur la falsification des émissions de CO2, le magazine Autoplus révèle dans son dernier numéro que les chiffres de consommation de carburant sont également largement sous-estimés chez la grande majorité des constructeurs automobiles.

Entre la pub et la réalité, deux litres d'écart

Les techniciens du magazine spécialisé vont jusqu'à parler de "triche", dévoilant des écarts de plus de 60% entre les données affichées par les constructeurs et la consommation réelle. "En clair, vous pouvez ajouter près de deux litres aux 100km à la valeur annoncée par le constructeur", explique l'hebdomadaire. La conclusion du journal est la suivante : "Les consommations annoncées par les constructeurs sont toutes plus fausses les unes que les autres, quel que soit le modèle et quelle que soit la marque".

Autoplus explique que ses tests sont effectués en conditions réelles de conduite, contrairement à ceux que font les marques. Le magazine a ainsi réalisé des tests sur plus de 1000 modèles , et constate que "Citroën, Peugeot, Renault comptent parmi les constructeurs dont les modèles sont les plus déconnectés de la réalité", avec des écarts oscillant entre 50 et 65% entre les valeurs homologuées et la réalité.

La dépollution au coeur du problème ?

Même constat chez les marques allemandes, qui sont quand même "plus réglos que les Françaises concernant les moteurs à essence". Les véhicules hybrides ne sont pas épargnés. L'Opel Ampera consommerait 275% plus que ce que le constructeur affirme. Autoplus souligne tout de même que les véhicules japonais sont les plus "honnêtes", sans être irréprochables pour autant.

Si de tels écarts sont possibles, c'est que "l'homologation délivrée par l'Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle (Utac) est bien loin des contraintes réelles", déplore Autoplus, qualifiant la législation de "sésame pour une commercialisation en Europe". Le magazine pose également la question des systèmes de dépollution, "assez gourmands en carburant dans la vraie vie" et qui pourraient ne pas être autant sollicités lors de l'homologation. Une arnaque pas si éloignée du scandale Volkswagen, sauf que, cette fois-ci, tout est légal.

À LIRE AUSSI >> Est-ce vraiment moins cher de choisir le diesel ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques