Migrants : à quelles allocations ont-ils vraiment droit ?

Migrants : à quelles allocations ont-ils vraiment droit ?

AIDES - APL, RSA, AMS, ATA... Les migrants seraient très bien accueillis selon certains messages qui circulent sur les réseaux sociaux. La réalité est toute autre. Metronews démêle le vrai du faux.

Facebook, Twitter... Vous avez dû voir passer nombre de messages dénonçant des allocations dont bénéficieraient les migrants qui arrivent en France. Ce genre de message dénonce parfois même de prétendus meilleurs traitements offerts aux migrants qu'aux SDF "bien français". 

Comparer les misères, ce n'est pas très élégant. Asséner des mensonges sur le sujet, cela devient obscène. APL, RSA, AMS, ATA, etc. Metronews fait le point sur ce qui est vrai et (surtout) sur ce qui est faux. 

 "Les migrants touchent 524 euros de RSA"
C'est faux. Le RSA est accessible aux Français et aux étrangers en possession d'un titre de séjour et d'une attestation de la préfecture indiquant que la personne est autorisée à travailler depuis 5 ans, comme le détaille le site  service-public.fr . Ce dont les migrants ne disposent pas. 

MISE À JOUR >> Les allocations aux migrants ont changé

 "Les migrants bénéficient des allocations logement"
C'est faux. Pour exactement les mêmes raisons, les migrants arrivés sur le territoire n'ont pas accès à des allocations logement. Si le statut de réfugié finit par leur être accordé, ils peuvent alors y avoir accès (encore un lien service-public.fr )... si tant est qu'ils trouvent un logement conventionné. 

 "Les migrants touchent 1000 euros d'aides spécifiques"
C'est faux. 340 euros mensuels d'allocation temporaire d'attente + 718 euros d'allocation mensuelle de subsistance. Avec des chiffres sourcés "ministère de l'Intérieur" (et un choix d'illustration digne de Robert Ménard ), certains sont prêts à vous faire croire que chaque migrant piochera 1000 euros de ressources françaises chaque mois... 

...Sauf que c'est d'une mauvaise foi admirable. Car voici ce qui est vrai. 

 "Les migrants bénéficient de 11,45 euros par jour d'Allocation temporaire d'attente"
C'est vrai. Les migrants peuvent bénéficier en réalité d'une seule de ces deux aides :
- 11,45 euros par jour d'allocation temporaire d'attente (ATA), s'ils ne bénéficient pas d'un hébergement d'urgence. 
- 91 euros par mois d'Allocation mensuelle de subsistance (AMS), s'ils sont hébergés en Centre d'accueil de demandeurs d'asile (CADA). 
Soit entre 3 et 11,45 euros par jour. Les 718 euros mensuels, c'est le maximum d'AMS prévu pour une famille totale de 6 personnes. 

Mais attention, pour pouvoir bénéficier de ces allocations, les migrants doivent obligatoirement faire une demande de droit d'asile. En attendant la décision administrative sur leur sort, ils disposent d'une autorisation provisoire de séjour mais demeurent en situation irrégulière sur le territoire. 

Tous les migrants n'en font pas la demande mais ces aides sont un minimum vital pour se nourrir dans l'urgence. En outre, la France prévoit que personne ne soit laissé sans soin sur son sol et qu'aucun enfant ne soit laissé sur le bord du chemin de l'école. Là aussi, tous les migrants n'en profitent pas. Il faut déjà être au courant de ces droits. 

EN SAVOIR + >>  Quels sont les droits (et les devoirs) des réfugiés ?

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques