Tongs, sandwich, maquillage... ces choses qui peuvent vous valoir une amende au volant

Tongs, sandwich, maquillage... ces choses qui peuvent vous valoir une amende au volant

PV - Porter des tongs, grignoter, téléphoner, fumer une cigarette ou se maquiller au volant vous exposent à une amende. Quelles sont les règles ?

Depuis le 1er juillet 2015, le ministère de l'Intérieur serre la vis pour lutter contre les accidents de la route. Utiliser une oreillette bluetooth, un kit mains libres, des écouteurs ou un casque au volant est désormais illégal. 

En outre, "le fait de tenir son téléphone à l'oreille au volant était déjà sanctionné par un article précis du Code de la route ( art. R.412-6-1 ) mais les autres sources de gêne éventuelle restaient sujettes à interprétation", explique à metronews maître  Jean-Baptiste Le Dall , avocat spécialiste en droit automobile.

EN SAVOIR + >>  Les solutions qui restent légales !  

► Que dit la loi ?
L'article R.412-6 du Code de la route stipule en effet que "tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l'apposition d'objets non transparents sur les vitres." Le 30 juin, ce seront alors plus précisément tous les kits mains libres qui devront être bannis. 

Des verbalisations... surprenantes
L'article R412-6 a toutefois pu donner lieu à des PV pour le moins étonnants. Petit tour d'horizon de ce qui est déjà interdit au volant.

Porter des tongs ⇒  Une conductrice de Haute-Garonne a du payer une amende parce qu'elle portait des tongs. Ce type de chaussures légères qui ne tiennent pas assez aux pieds ne sont pas interdites dans l'absolu mais elles peuvent être considérées comme une source de gêne éventuelle. Mais cela reste sujet à interprétation car le Code de la route ne dresse aucune liste de ce qui est permis en la matière. 

EN SAVOIR + >>  Conduire en tongs : est-ce vraiment interdit ?

Manger un sandwich Vous avez un petit creux en route et le sandwich que vous aviez glissé dans la boîte à gants vous fait de l'œil. Résistez à la tentation car croquer dedans au volant peut vous valoir une contravention de deuxième classe (35 euros). Autoplus rapporte en effet le cas d'un automobiliste qui a écopé d'"une amende pour défaut de maîtrise parce qu'il mangeait un sandwich tout en conduisant".

Être fatigué Piquer du nez au volant, outre le fait d'être dangereux – la somnolence est responsable d'un accident sur trois sur autoroute –, peut vous valoir une amende. "Aucun texte ne désigne précisément le fait de conduire fatigué, précise la Prévention routière , mais une sanction peut toutefois être prononcée sur la base de l’article R 412-6 du Code de la route."

Fumer ⇒ Ce n'est pas parce que que les voitures sont équipées d'un allume-cigare qu'il faut vous croire autorisé à fumer au volant. En janvier 2009, par exemple, une infirmière libérale avait écopé d'une amende parce qu'elle tenait une cigarette en conduisant. La policière avait invoqué l'article R. 412-6 du Code de la route, qui n'interdit pas expressément de fumer. Son avocat, maître Iosca, avait porté plainte auprès du procureur de la République et dénoncé un "abus de pouvoir" et l'affaire avait finalement été classée sans suite.

Se maquiller ⇒ Ceux ou celles qui rabattent le pare-soleil pour se refaire une beauté risquent l'amende, même au feu rouge. Car tant que le véhicule n'est pas stationné, il est considéré comme étant en circulation. Une amende pour manque de maîtrise de la voiture reste donc possible.

La même logique peut s'appliquer au fait de tourner les boutons de la radio, de changer un CD ou encore de boire de l'eau. Pour autant, il n'est pas obligatoire de garder constamment les deux mains sur le volant. "Ce qui est interdit, ce sont les activités prolongées avec des objets encombrants, qui gênent véritablement la conduite", assure maître Iosca sur son site.

La marche à suivre pour contester un PV
Pour ne pas risquer l'amende de 35 euros, évitez donc de rouler une cigarette, d'éplucher une pomme ou encore de couper des cornichons pour agrémenter votre sandwich au saucisson. Si vous êtes malgré tout verbalisé, "vous avez 45 jours pour contester l'amende" si cela vous semble abusif, précise maître Le Dall.

"Écrivez alors un courrier recommandé avec accusé de réception (RAR) à l'officier du ministère public auquel vous joindrez l'original de l'avis de contravention. Argumentez en expliquant en quoi le fait d'avoir fumé, grignoté ou bu de l'eau au goulot n'a provoqué aucune gêne dans votre conduite", conseille le spécialiste en droit automobile. Le ministère public pourra classer votre demande sans suite ou la transmettre à la juridiction de proximité afin qu'elle tranche.

EN SAVOIR + >> Contester ses PV : vraies astuces et gros risques

Plus d'articles

Sur le même sujet