Vignette auto : ne vous laissez pas piéger par ce site qui la propose à 19,85 euros au lieu de 4,18 euros

Vignette auto : ne vous laissez pas piéger par ce site qui la propose à 19,85 euros au lieu de 4,18 euros

ARNAQUE - Un site commercial propose la pastille anti-pollution à 19,85 euros alors que le site officiel du gouvernement la facture 4,18 euros, livraison comprise. Ne tombez pas dans le piège quand vous passerez commande.

Payer cinq fois le prix : c'est ce qui pourrait arriver à des particuliers ayant commandé une vignette auto sur "Crit-air.fr", un portail commercial qui marche sur les plates-bandes de "Certificat-air.gouv.fr", le site du gouvernement. Les certificats qualité de l'air (c'est le nom officiel de ces petits autocollants de six couleurs à apposer sur le pare-brise) ne sont pas obligatoires mais peuvent être utiles à Grenoble (depuis le 1er novembre), à Paris (à partir du 16 janvier 2017) et autres villes susceptibles de mettre en place des zones de circulation restreintes.


Pour se procurer le macaron correspondant à l'âge et au niveau d'émission de polluants du véhicule, il faut s'acquitter de 4,18 euros, frais de port inclus, sur le site officiel dédié au dispositif. Sur le site concurrent, qui se présente comme "le portail d'informations et de commande pour la vignette Crit'Air", ce sera 19,85 euros.

Un intermédiaire cher et inutile

Le problème n'est pas de savoir si vous allez la recevoir. Nos confrères d'Auto Plus ,qui l'ont commandée, l'ont bel et bien reçue. Le problème, c'est le surcoût de 15,67 euros. En clair, les clients qui tombent dans le panneau se retrouvent à payer un intermédiaire parfaitement inutile.


Le risque de tomber dans le panneau en tapant "Crit'air" dans un moteur de recherche est limité. Il arrive en troisième page des résultats sur Google. Mais en tapant "Crit'air information", il remonte en première page, assez bas (8e position). Dans les deux cas, le site officiel du gouvernement reste premier. Une chance, car souvent ces sites commerciaux font "sponsoriser leurs liens internet afin qu'ils remontent sur les moteurs de recherche", explique à LCI.fr un responsable de la police nationale.

En dehors de cet exemple, les sites commerciaux proposant de faire payer des démarches administratives pourtant gratuites, ou en tout cas moins chères, sont légion. Un indice pour les reconnaître : les URL des sites officiels se terminent par ".gouv.fr" ou ".fr" et non par ".gouv.org", ".gouv.com" ou ".org ou .com." Même si le ".fr" ne constitue pas une garantie. Pour éviter toute confusion, voici quelques exemples de sites émanant vraiment des autorités :

-Certificat-air.gouv.fr pour commander une vignette anti-pollution  

-Tele7.interieur.gouv.fr pour vérifier le solde de points de permis ;

-Service-public.fr pour déclarer la cession d'un véhicule ;

-Cjn.justice.gouv.fr pour demander un extrait de casier judiciaire. 

Les automobilistes parisiens sensibilisés à la pastille écologique CRIT'Air

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques