Climat : pour Ségolène Royal, la décision de Donald Trump est un "coup de bluff"

La présidence Donald Trump

Voir
POKER MENTEUR - Invitée de LCI vendredi, Ségolène Royal, présidente de la Cop21, estime que la décision de Donald Trump est un "coup de bluff" car "on ne peut pas sortir unilatéralement de l'accord de Paris". L'ancienne ministre de l'Environnement estime qu'il faut aider à "remobiliser les forces vives" aux Etats-Unis.

Elle était l'un des principaux artisans de l'accord de Paris sur le climat. Invitée de LCI, Ségolène Royal, présidente de la Cop21 et ancienne ministre de l'Environnement, a dénoncé vendredi "le coup de bluff" du président américain Donald Trump, qui a annoncé la veille que les Etats-Unis sortaient de l'accord ratifié par 155 pays. 

On n'a pas le droit de prendre en otage un travail collectif en faisant un coup de bluff. L'accord de Paris n'autorise pas la sortie unilatérale d'un pays. Juridiquement cela n'a pas d'impactSégolène Royal

Ségolène Royal estime par ailleurs que la décision du président américain va se retourner contre les Etats-Unis, qui "se portent préjudice à eux-mêmes". L'ex-ministre prédit à l'aune de la démission du PDG de Tesla Elon Musk de sa mission de conseiller du président que "d'autres entreprises américaines vont s'autonomiser par rapport à cette décision" parce que "les milieux d'affaires ont considéré que le coût de l'inaction était plus important que celui de l'action". 

Risque financier

En revanche, Ségolène Royal reconnaît que la décision américaine pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur la mise en oeuvre de l'accord de Paris. "Ce qui est le plus grave, c'est que les Etats-Unis retirent le financement du 'fonds vert' [à destination des pays pauvres, soit 3 milliards de dollars pour la participation américaine, ndlr] et remettent en cause leur politique énergétique". 


La présidente de la Cop21 conclut qu'il faudra aider les citoyens américains à "lancer la contre-offensive pour que cette menace aboutisse à une mobilisation". 

En vidéo

"Emmanuel Macron a raison de dire que l'accord de Paris n'est pas renégociable", affirme Ségolène Royal

"On pensait que Donald Trump renoncerait"

Ségolène Royal a reconnu sur LCI avoir pensé "jusqu'au dernier moment" que "Donald Trump renoncerait ou serait dans un entre-deux". Car selon l'ex-ministre, il y avait "trois courants" autour du président américain : "ceux qui ne voulaient rien changer, ceux qui voulaient rester dans l'accord mais le renégocier de l'intérieur, et le courant le plus radical" qui souhaitait en sortir.

En vidéo

"Selon mes informations, Donald Trump à hésiter" avant de prendre sa décision, affirme Ségolène Royal

C'est donc le "plus radical" qui a fini par convaincre le président Trump.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques