COP21 : une demi-satisfaction pour les ONG

COP21 : une demi-satisfaction pour les ONG

ENVIRONNEMENT – Le texte validé au terme de deux semaines de négociations divise. Si la majorité des ONG salue qu'un projet d'accord ait été rédigé, elles estiment qu'il est "loin d'être satisfaisant".

Sitôt le projet d'accord annoncé par Laurent Fabius, les 31 pages qui composent le texte ont été décryptées par les membres d'ONG. En majorité, les organisations gouvernementales se satisfont qu'un projet d'accord ait été dévoilé. Ainsi, le directeur de Greenpeace international, Kumi Naidoo, salue un accord qui peut "nous aider à nous désembourber" de la crise climatique.

Cependant, il estime que le texte est "loin d'être satisfaisant" pour les pays directement menacés par l'impact du réchauffement. "L’injustice transpire dans ce texte. Les pays à l’origine du problème ont promis trop peu d’aide pour les populations sur les lignes de front du dérèglement climatique", dénonce-t-il.

"D'immenses dégâts climatiques"

Le cofondateur de l'ONG 350.org se félicite lui de la prise de conscience des gouvernements qui "semblent maintenant reconnaître que l’ère des énergies fossiles doit s’achever, et vite". Mais il nuance ensuite son propos, ajoutant que la puissance de l’industrie fossile transparaît dans le texte, qui retarde tellement la transition que d’immenses dégâts climatiques auront lieu".

Dans le fond du texte, May Boeve, la directrice de la même ONG relève trois défauts dans le texte. Tout d'abord elle dénonce "l'absence de financement pour les pertes et dommages", des engagements actuels des pays développés "qui conduisent toujours vers un réchauffement de 3°C" et l'absence d'une mention sur les "droits des peuples indigènes".

Le plus dur reste le porte-parole d'Attac-France, Maxime Combes, qui dénonce un accord pas assez concret : la mention d’un objectif d’1,5°C ne saurait masquer l’absence d’engagements chiffrés de réduction d’émissions de GES pour les années à venir ; sans feuille de route clairement établie, y compris en matière de financement, nous avons affaire à un accord sans ambition, non contraignant, injuste et clairement déséquilibré".

Le texte n'a pas encore été approuvé par les 195 pays présents lors de cette COP21, qui doivent se prononcer dans la soirée.

A LIRE AUSSI >> VIDÉO - Laurent Fabius très ému lors de l'annonce du projet d'accord final

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques