Vu de Twitter : les internautes volent au secours de Léa Salamé après les propos de François Fillon sur sa grossesse

EMISSION – Que ce soit par son collègue, David Pujadas, ou un de ses invités, François Fillon, Léa Salamé a été secouée lors de l’émission "15 minutes pour convaincre", diffusée sur France 2, ce jeudi 20 avril. Sur Twitter, les internautes ont pris sa défense.

Un petit geste qui sème le trouble. Pourquoi, diable, David Pujadas, a-t-il mis sa main sur celle de sa consœur, Léa Salamé, alors qu’elle s’apprêtait à prendre la parole ? Pour poser LA question rebond ? Pour respecter le temps de parole de Marine Le Pen, l’une des onze candidats invités de l’émission "15 minutes pour convaincre" qui se tenait ce jeudi 20 avril sur France 2 ? Une séquence qui aurait pu passer inaperçue si le cameran n’avait pas fait, à ce moment-là, un gros plan sur eux. Un contre-champ imprévu qui n’a pas échappé à l’œil avisé des internautes. 

Quelques minutes plus tard, c’est au tour de François Fillon de donner du fil à retordre à celle qui avait décroché le prix de la meilleure intervieweuse politique. Le candidat Les Républicains n’a visiblement pas apprécié que la jeune femme ravive le feu de la polémique "Sécurité sociale", qui avait embrasé l’opinion quelques mois plus tôt. "François Fillon veut-il privatiser la Sécurité sociale ? C’était dans votre programme comme candidat à la primaire de la droite, vous vouliez recentrer l’assurance maladie sur les affections graves et les mutuelles sur le reste. Une fois élu à l’issue de la primaire, vous semblez avoir changé d’avis. Alors que veut faire François Fillon ?", l’a-t-elle interrogé ? 


Visiblement irrité, l’homme politique lui répond du tac au tac: "Je comprends que vous me posiez cette question puisque vous avez été absente quelques temps et je me permets de vous en féliciter, mais j’ai déjà répondu 20 fois, y compris sur ce plateau, à la question." Une remarque jugée sexiste, qui n’a pas manqué de faire bondir la toile. 

En 2009 déjà, François Fillon, alors Premier ministre, n’avait pas ménagé une autre femme qui attendait un enfant, Nathalie Kosciusko-Morizet. "Tu ne seras pas ministre car tu es enceinte", lui avait-il balancé. Une information que la principale intéressée avait confirmée par la suite. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet