"Combien en faudra-t-il encore ?" : le coup de gueule des cyclistes professionnels face aux agressions

"Combien en faudra-t-il encore ?" : le coup de gueule des cyclistes professionnels face aux agressions

INTERVIEW - Deux semaines après l'agression de Yoann Offredo, le cyclisme a de nouveau été touché sur la route. Le vainqueur du Tour de France Chris Froome a été volontairement renversé ce mardi matin. Interrogé par LCI, le président de la principale association des coureurs professionnels Pascal Chanteur a dénoncé les incivilités des automobilistes et l'absence chronique de réactions des pouvoirs publics.

La triste série continue. Après le tragique accident de Michele Scarponi et l'agression de Yoann Offredo, Christopher Froome a été victime à son tour d'un incident mardi à l'entraînement. Le coureur de l'équipe Sky a affirmé, sur Twitter et avec une photo à l'appui, avoir été percuté par un automobiliste lors d'une sortie à Beausoleil, dans les Alpes-Maritimes. Le triple vainqueur de la Grande Boucle s'est toutefois montré rassurant sur son état physique, expliquant s'en tirer heureusement sans blessure.


Ce nouvel incident vient donc s'ajouter à la malheureuse liste et provoque un peu plus encore la colère des cyclistes professionnels. Joint par LCI, le président de l'Union Nationale des Cyclistes Professionnels (UNCP),, Pascal Chanteur s'inquiète de l'augmentation constante de ces agressions sur les routes, interpellant les pouvoirs publics sur le besoin d'agir vite. 

LCI : Après Michele Scarponi et Yoann Offredo, Chris Froome a à son tour été happé par un chauffard mardi matin. Sans conséquence physique heureusement...

Pascal CHANTEUR : Il y a quelques jours, c'était Yoann (Offredo). Aujourd'hui, c'est Christopher Froome, le vainqueur du Tour de France, donc ça fait les gros titres. Heureusement, si je peux dire qu'il y a cette caisse de résonance. Mais, je vous le demande : combien faudra-t-il de cyclistes morts sur les routes pour prendre ce problème à bras-le-corps ? C'était 149 en 2015, 159 en 2016. Je ne sais combien cette année. C'est constant... Mais peut-être que ce n'est pas assez.

LCI : Comment expliquez-vous cette recrudescence ?

Pascal CHANTEUR : L'augmentation de l'utilisation des véhicules en est une cause, c'est indéniable. Je ne parle même pas des pistes cyclables, qui en sont sans en être. Les voies ne sont jamais nettoyées. Et puis s'ils ne crèvent pas, ou ne tombent pas, à cause des détritus divers et variés qui jonchent la chaussée, les utilisateurs du vélo font face à des incivilités. Ça fait bien sûr partie de notre société. Elle sont telles que ce qu'on voit, ce qui se passe au quotidien se retrouve, de fait, sur la route.

Faire de l'affaire Offredo un exemplePascal Chanteur, président de l'UNCP

LCI : Une incivilité de la route qui a tourné à l'agression pour Yoann Offredo...

Pascal CHANTEUR : Ce cas-là est criant. Il s'agit d'un acte de violence, d'un acte d'incivisme. Notre avocat s'occupe de l'affaire d'ailleurs. S'il le faut, on va en faire un exemple. Renverser un cycliste, cela ne doit pas rester sans conséquence. Mais là, on parle d'un cycliste professionnel agressé dans le cadre de son travail. Et il doit le fait d'être encore là qu'à son professionnalisme et à sa connaissance de sa machine. Ce sont en quelque sorte des funambules. Si c'était un amateur, il se serait fait certainement attaquer aussi mais peut-être qu'il serait rentré chez lui et qu'il n'aurait rien dit. Ces incivilités, beaucoup de personnes les vivent au quotidien.

LCI : La pratique du vélo, telle qu'on la connaît aujourd'hui, peut-elle être remise en question avec la récurrence de ces incidents ?

Pascal CHANTEUR : Nous n'en sommes pas là. Un coureur professionnel, c'est 40.000 kilomètres par an. Nous sommes des professionnels de la route, c'est notre terrain d'entraînement. Il est bien entendu que nous devons nous fondre parmi les autres usagers de la voie publique. Il n'est pas du tout question de la monopoliser aux dépens d'un autre moyen de locomotion. Mais il faut agir. Je ne connais pas un seul coureur qui n'a pas subi un accident sur la chaussée. Moi-même, j'ai eu à subir un accident de la route. Un routier a grillé un stop et m'a littéralement fauché. J'ai été touché à la tête mais j'aurais très bien pu perdre mon œil. Mais d'autres, ce sont les jambes ou les bras qui ont souffert. Froome, c'est un miracle qu'il n'ait rien quand vous voyez l'état de son vélo.

On se sent trop seulsPascal Chanteur, président de l'UNCP

LCI : Vous avez tenté d'interpeller les pouvoirs publics à plusieurs reprises. Vos appels sont-ils restés sans réponse ?

Pascal CHANTEUR : En 2015, à la demande insistante des coureurs, nous avions mis en place une campagne publicitaire pour défendre les intérêts des usagers. Lorsqu'on avait fait le tour de table, le seul qui nous a suivi, c'est le ministère des Sports. Le ministère de l'intérieur s'est défaussé. Mais à proprement parler, rien n'est fait. Ce ne sont que des paroles. Aujourd'hui, je vois que notre président de la République (Emmanuel Macron, ndlr) est jeune, qu'il aime le vélo et qu'il sait que le futur de nos villes passe par le vélo. Il a déjà eu une démarche dans ce sens en rencontrant les professionnels du vélo. Mais les coureurs vont à nouveau l'interpeller sur ce problème. Aujourd'hui, on se sent trop seuls.

LCI : Que comptez-vous faire en attendant une réponse des autorités ?

Pascal CHANTEUR : Je ne vous cache que nous avons l'intention de fournir à l’intégralité de nos membres (ils sont 170 coureurs professionnels, ndlr) des caméras GoPro pour effectuer un spot de communication. Ils pourraient aussi l'utiliser pour avoir des éléments s'ils rencontrent des problèmes sur la route. Je pense d'ailleurs que si Offredo avait disposé d'une caméra de ce type, ç'aurait été différent, il y aurait eu un effet de dissuasif. Reste qu'on attend, d'urgence et avec impatience, que la question de la sécurité des usagers de la bicyclette en général soit prise en considération.

En vidéo

ARCHIVES - Comment éviter les accidents en vélo

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques