Élection américaine - Trump veut expulser 3 millions de clandestins… tout comme l'a fait Obama

Élection américaine - Trump veut expulser 3 millions de clandestins… tout comme l'a fait Obama

La présidence Donald Trump

Voir
DÉCRYPTAGE - Pendant sa campagne, le milliardaire avait parlé d'expulser les onze millions de clandestins installés aux Etats-Unis. Il évoque désormais 3 millions de personnes, un chiffre qui n'est pas sans rappeler celui de son prédécesseur. Explications.

Fraichement élu à la Maison Blanche, Donald Trump met de l'eau dans son vin. Le républicain, après avoir martelé durant sa campagne sa volonté d'expulser les 11 millions de clandestins, a revu ses prétentions à la baisse. Ils ne seraient désormais "plus que" trois millions dans son viseur, principalement ceux ayant eu des problèmes avec la justice.


 "Ce que nous allons faire, c'est prendre les gens qui sont des criminels et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue (...), sans doute 2 millions, ça peut aussi être 3 millions (de personnes), nous allons les renvoyer du pays ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer de notre pays, ils sont ici illégalement", a-t-il martelé sur la chaîne CBS dimanche soir.

En vidéo

Donald Trump promet d'expulser jusqu'à 3 millions d'immigrés clandestins

Ce chiffre de trois millions se rapproche en la matière du bilan de… Barack Obama. Depuis son accession au pouvoir en 2009, l'administration du président démocrate a en effet expulsé 2,5 millions de personnes séjournant illégalement dans le pays. Soit plus que toutes les administrations précédentes. Un chiffre à prendre cependant avec des pincettes : il s'agissait en majorité de migrants détenus à la frontière, pas de personnes déjà installées aux Etats-Unis. Ainsi, 91 % des migrants expulsés par les autorités américaines en 2015 avaient un dossier criminel.

"Agir en monarque"

Si le nombre d'expulsions n'a jamais été aussi élevé que sous la présidence Obama, ce dernier s'est néanmoins illustré avec une politique de la main tendue en la matière. En novembre 2014, il a ainsi ouvert la voie à une régularisation provisoire pour quelque cinq millions de clandestins, sur le total de 11 millions vivant aux Etats-Unis sous la menace d'une expulsion. Une décision vertement critiquée à l'époque par le camp républicain, qui s'étranglait de voir le président "agir en monarque".


Pourtant, en 1986, le parti de l'éléphant était resté silencieux quand Ronald Reagan avait empêché la dispersion des familles immigrées, autorisant de fait ceux qui étaient entrés illégalement dans le pays avant 1982 à y rester… Trente ans plus tard, Donald Trump est quant à lui bien décidé à son tour à mener une politique migratoire, cette fois-ci anti-clandestins...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques