Élections américaines : Trump et le Parti républicain plus dangereux que Daech ?

Élections américaines : Trump et le Parti républicain plus dangereux que Daech ?

OPINION – Dans un entretien au site Truthout, le professeur émérite du MIT Noam Chomsky juge que le Parti républicain est devenu "la plus dangereuse organisation de l’histoire du monde". Pour lui, les positions de Donald Trump et de son camp en matière d’écologie pourraient conduire le genre humain à sa perte.

"Le Parti républicain est devenu la plus dangereuse organisation de l’histoire du monde." Dans une longue interview accordée au site internet Truthout, le professeur émérite du Massachussetts Institute of Technology (MIT) Noam Chomsky ne cache pas son désarroi et ses craintes face à l’arrivée de Donald Trump et du Grand old party (GOP) au pouvoir. 


Selon le philosophe américain, intellectuel engagé et renommé, les positions du président élu et de son camp – qui, en plus de la Maison-Blanche et du Congrès, sera majoritaire à la Cour suprême – en matière d’écologie pourraient finir par conduire le genre humain à sa perte. "Les hommes sont confrontés à la question la plus importante de leur histoire", poursuit-il, estimant qu’en plaçant le milliardaire à la tête des Etats-Unis, les Américains "y répondent par une accélération vers le désastre". 

Les primaires républicaines ou le début de la course au naufrage

Un désastre plus grand que celui des guerres ou du terrorisme ? Sans faire de comparaisons entre le GOP et des organisations telles que Daech et Al-Qaïda ou des régimes politiques totalitaires, Noam Chomsky considère que le parti républicain se consacre actuellement "à une course effrénée pour la destruction de toute vie humaine organisée". Et d’appuyer : "Il n’y a pas de précédent historique d’un tel positionnement."


S’il reconnait que ses propos peuvent paraître "étranges, voire scandaleux", le philosophe fervent défenseur de l’environnement soutient que cette course au naufrage était plus visible que jamais durant les primaires républicaines : "Tous les candidats ont nié que ce qui se passe (le réchauffement climatique, ndlr) est en train de se passer."


"Le candidat retenu, désormais président élu, appelle maintenant à une hausse rapide de l'utilisation des énergies fossiles, y compris le charbon, à la déconstruction des règles, à l’arrêt des aides aux pays en développement cherchant à passer aux énergies vertes ; une course au précipice en somme", poursuit-il. 

Les liaisons dangereuses de Donald Trump

Comme de nombreux détracteurs et opposants de Donald Trump, Noam Chomsky juge d’autre part très problématique la probable nomination de Myron Ebell, un climato-sceptique notoire, à la direction de l’Agence de Protection de l’Environnement. Une institution qui pourrait purement et simplement disparaître, ou du moins être dépouillée de toutes ses prérogatives. 


L’intellectuel se montre également critique sur la proximité du président élu avec Harold Hamm, un magnat du pétrole, lui aussi dubitatif (un euphémisme !) quant au bien-fondé de l’écologie. Cet homme de 70 ans est pressenti pour devenir le prochain ministre de l’Energie du gouvernement américain.   


Prenant l’exemple de la montée du niveau des mers due au réchauffement climatique, Noam Chomsky estime que les effets du "déni républicain" sur l’écologie pourraient bientôt devenir encore plus évidents qu’ils ne le sont déjà". Des effets qui selon lui feraient bel et bien du GOP :  

"la plus dangereuse organisation de l’histoire du monde"Noam Chomsky

En vidéo

Élection de Donald Trump : "C'est la pire des choses qui puisse arriver au monde" pour l'environnement

En vidéo

Accord sur le climat : Royal espère que le retrait annoncé par Trump était une manœuvre électorale.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet