Etats-Unis : à J-47, des stars d'Hollywood se mobilisent contre Trump

Etats-Unis : à J-47, des stars d'Hollywood se mobilisent contre Trump

JOUR APRES JOUR – Petites phrases assassines, embellie dans les sondages, meetings ou image insolite… Jusqu'au vote des électeurs le 8 novembre prochain, LCI vous propose chaque matin un compte-rendu de la campagne américaine. Au menu ce jeudi : une vidéo dans laquelle plusieurs acteurs prennent position contre le candidat républicain.

Le fait du jour : les stars se mobilisent contre Trump

James Franco, Don Cheadle, Stanley Tucci, Mark Ruffalo, Martin Sheen et Neil Patrick Harris… Dans une vidéo diffusée mercredi, une flopée de stars d'Hollywood appellent les Américains à s'inscrire sur les listes électorales mais aussi faire barrage à Donald Trump.


"Mardi 8 novembre, ce pays va prendre la décision la plus importante de son histoire", expliquent, tour à tour, notamment Robert Downey Jr et Scarlett Johansson. "Vous avez l'obligation de participer à cette décision", poursuivent-ils. Mais rapidement, le ton change, et le message devient un plaidoyer pour faire barrage au candidat républicain Donald Trump, qui n'est jamais désigné nommément. "Voulons-nous vraiment confier des armes nucléaires à quelqu'un dont le geste le plus célèbre est de virer les gens?", interroge l'acteur Leslie Odom Jr, connu pour avoir tenu l'un des principaux rôles dans la comédie musicale à succès "Hamilton".


Regardez cette vidéo ci-dessous : 

Un chiffre : 400

C’est le nombre de scientifiques, dont 30 prix Nobel, qui fustigent dans une lettre ouvert Donald Trump pour avoir promis, s'il était élu, de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat. "Un 'Parexit' enverrait un signal clair au reste du monde que les Etats-Unis ne se soucient pas des problèmes globaux du réchauffement climatique provoqués par les activités humaines", écrivent-ils. Pour eux, "les conséquences d'une telle décision seraient sévères et durables pour le climat de notre planète et la crédibilité internationale des Etats-Unis".


Un déplacement : Trump dans l’Ohio

C'est dans l'Ohio industriel que Donald Trump a débarqué mercredi pour marcher sur les plate-bandes de sa rivale, précisément à Toledo, une métropole qui a perdu le quart de sa population depuis les années 1970, et où le quart des habitants sont noirs et partisans fervents d'Hillary Clinton. "Mon agenda économique peut se résumer en trois mots, très beaux  emplois, emplois, emplois", a-t-il déclaré devant plus de 2.000 personnes dans le grand théâtre de la ville, en plein après-midi. "Si Trump devient président, regardez comment tout deviendra bien", a-t-il ajouté. 


Ce déplacement ne doit rien au hasard : dans le système de scrutin présidentiel indirect qui se déroule Etat par Etat, l'Ohio détient 18 grands électeurs sur les 270 requis pour être élu. Il suffirait à Donald Trump d'obtenir une voix de plus ici qu'Hillary Clinton pour empocher d'un coup ces 18 grands électeurs. Si l'Etat voision du Michigan penche plus franchement pour les démocrates, l'Ohio est gagnable par chaque parti.


Un personnage : Daniel Dale 

Depuis plusieurs mois, Daniel Dale suit attentivement la campagne américaine. Et pour cause : ce journaliste est le correspondant de Toronto Star à Washington. Jour après jour, il se livre à un fact-checking des déclarations de Donald Trump, en publiant sur Twitter la liste de ses approximations. Le 20 septembre, 20 erreurs auraient ainsi été prononcées par le républicain, à propos du groupe Etat islamique, du déficit commercial avec la Chine ou encore sur la santé d’Hillary Clinton.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques