Etats-Unis : Melania Trump, la nouvelle "Jackie Kennedy" de la Maison-Blanche ?

Etats-Unis : Melania Trump, la nouvelle "Jackie Kennedy" de la Maison-Blanche ?

FIRST LADY - Donald Trump sera officiellement investi président des Etats-Unis ce vendredi, avant d'entrer à la Maison-Blanche en famille, avec son fils Barron et son épouse Melania. Une femme au profil bien différent de celui de Michelle Obama.

Si tous les regards seront braqués sur Donald Trump ce vendredi, sa femme Melania devrait elle aussi marquer les esprits lors de la cérémonie d'investiture du 45e président des Etats-Unis. Originaire de Slovénie, elle sera la première "First Lady" d'origine étrangère depuis plus de 200 ans. En retrait durant toute la campagne, elle avait affirmé que l'éducation de son fils Barron serait "une priorité" si son mari était élu et qu'elle serait une Première dame "défenseur des femmes et des enfants". 


A quoi faut-il s'attendre ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que son style devrait trancher avec celui de Michelle Obama. Âgée de 46 ans, Melania Trump est la troisième femme du désormais président des Etats-Unis et maman du petit Barron, dix ans. Ancien mannequin dans les années 90, elle peut inscrire sur son cv des collaborations avec Helmut Newton, Patrick Demarchelier ou encore Mario Testino. Elle peut également indiquer qu'elle a fait la couverture de Vogue et de Elle, entre autres. Bref, un profil atypique de Première Dame va faire son entrée à la Maison-Blanche. 

L'histoire d'un mannequin devenue maman et épouse d'un magnat de l'immobilier

Née Melanjia Knavs à Svenica en Slovénie, Melania Trump se destinait à des études de design et d'architecture lorsqu'elle participe à un concours de mannequins organisé par un magazine féminin. Echouant en finale, elle ne baisse pourtant pas les bras et entame une carrière entre Paris, Milan et New York. C'est lors d'une soirée en marge de la Fashion week de New York qu'elle rencontre son futur mari, venu accompagné.


La légende veut que sans se démonter, ce dernier ait attendu que sa cavalière aille se rafraichir aux toilettes pour aborder Melania Knavs, en lui demandant son numéro de téléphone. Refusant poliment de le lui donner, elle inverse la donne et prend le sien. La suite, on la connait. Tous deux se marient à Palm Beach en 2005. Elle s'unit à Donald Trump dans une robe Christian Dior haute-couture à 200 000 dollars. Au menu du dîner ? Champagne Cristal et caviar. Barron, leur fils, nait l'année suivante. 


C'est ainsi que la jeune mannequin Slovène est devenue la maitresse de maison d'un triplex à 100 millions de dollars dans la Trump Tower de New York. Son quotidien ? Des engagements caritatifs, la gestion d'une ligne de bijoux et de produits de beauté pour la peau et l'éducation de celui qui est devenu "le centre de [sa] vie", Barron. 

En vidéo

L'actu de la semaine - Melania Trump, nouvelle première dame des Etats-Unis

Elle a humanisé son tempétueux mari durant la campagne

"Je serai une Première Dame très traditionnelle. Comme Betty Ford ou Jackie Kennedy", disait-elle au New York Times en 1999. Une phrase prémonitoire ? Probablement. En tout cas, rien dans la campagne ne pouvait laisser penser le contraire. En effet, durant cette dernière lors de ses rares prises de parole, elle s'est attachée à rendre son mari plus humain, à défendre son caractère et assuré qu'il ferait "un président fantastique". Effacée, elle n'est montée à la tribune que pour tresser des lauriers à son mari et expliquer combien elle était à "100%" derrière lui. 


Quand Donald Trump a méprisé et insulté les femmes, les musulmans, les handicapés et les Mexicains au cours de différents meetings, Melania tempèrait en expliquant qu'il "savait comment secouer les choses". En réponse aux allégations de harcèlement sexuel de plusieurs femmes, elle s'est positionnée sur "les valeurs américaines" en prônant "gentillesse, honnêteté, respect, compassion, générosité", tout en demandant que l'on excuse son mari pour ses propos "inacceptables". Un contraste saisissant avec les déclarations ultra-violentes de son mari. Son époux tient des propos obscènes sur Twitter ? Elle se positionne contre le harcèlement sur Internet. 

En vidéo

L’hallucinant combat Melania Trump

Sa silhouette fine et ses yeux en amande ont fait d'elle un top-model extrêmement demandé durant les années 1980. L'une des grandes fiertés du candidat Trump, d'ailleurs. Début août, des photos d'elle nue, publiées par le New York Post et apparemment prises aux Etats-Unis en 1995, alors qu'elle a toujours affirmé y être arrivée en 1996, ont suscité des questions sur son statut légal à l'époque. "J'ai toujours été en règle avec les lois de ce pays sur l'immigration", a simplement assuré sur Twitter Melania Trump, devenue citoyenne américaine en 2006, et qui considère le fait d'être devenue Américaine comme un "privilège".

Si l'élection de Donald Trump a été une surprise, dans le village de Melania Trump, Svenica en Slovénie, on a fêté la nouvelle First Lady au son d'une petite musique composée en l'honneur de cette dernière. "Si seulement nous avions une Première dame, le monde serait parfait", indique le couplet. Sous la bannière étoilée américaine hissée pour l'occasion aux côtés des drapeaux européen et slovène, devant le Café central, près de la gare, les musiciens entonnent la chanson composée cet été pour l'enfant du pays: "De Sevnica droit vers le sommet du monde, parce qu'elle a eu du flair pour le mari parfait (...)". 

En vidéo

En Slovénie, la ville d'origine de Melania Trump félicite la nouvelle Première Dame des États-Unis

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'investiture de Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet