Etats-Unis : patron de fast-food, polémiste, milliardaire... Donald Trump et son étonnant gouvernement

La présidence Donald Trump

Voir
CASTING - Donald Trump a poursuivi cette semaine la composition de son futur gouvernement. LCI fait le point sur un portrait de famille parfois improbable.

Un mois jour pour jour après son élection, Donald Trump n'est pas peu fier de son futur gouvernement. "Nous sommes en train de monter l'un des meilleurs cabinets de l'histoire de notre pays", a-t-il fanfaronné jeudi lors d'un meeting à Des Moines, dans l'Iowa. Reste à convaincre le peuple américain : les quelques noms qui sont sortis de la Trump Tower ces derniers jours ressemblent par certains aspects au président élu : parfois provocant, souvent surprenant. Revue des troupes.

Scott Pruitt, un pétrolier à la tête de l'écologie

Le prochain chef désigné de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), Scott Pruitt, est le ministre de la Justice républicain de l'Oklahoma et un héros conservateur pour son combat contre les règlementations environnementales imposées par l'agence qu'il va maintenant diriger. Allié revendiqué du secteur des énergies fossiles, Scott Pruitt a mené une bataille judiciaire au nom de l'Oklahoma et avec d'autres Etats fédérés contre l'administration de Barack Obama pour faire annuler des règlementations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques au charbon. L'affaire devrait atterrir à la Cour suprême.

Andrew Puzder, un patron de fast-food au Travail

Donald Trump a également choisi  Andrew Puzder, 66 ans, comme ministre du Travail. Patron millionnaire du groupe de fast-food CKE Restaurants, qui détient notamment les chaînes Carl's Jr. et Hardee's, Andrew Puzder a pris publiquement position contre toute hausse du salaire minimum et en faveur de l'automatisation pour réduire les coûts salariaux. "Puzder a démontré qu'il ne soutient pas les travailleurs", a accusé la présidente de l'Union internationale des employés de services (SEIU), Mary Kay Henry.

Steven Mnuchin, un producteur pour le portefeuille du pays

Ancien de Goldman Sachs, le nouveau grand argentier américain, a fait fortune en rachetant la banque californienne IndyMac pendant la crise financière de 2008 avant de la revendre quelques années plus tard. Cela lui a permis de dégager une plus-value de près de 2 milliards de dollars. Il a également créé un fonds d'investissement avec le soutien du financier démocrate George Soros et a participé à la production de blockbusters hollywoodiens à succès comme "Avatar" et "Suicide Squad". Sa fortune personnelle est évaluée à 40 millions de dollars.

Wilbur Ross, un milliardaire au Commerce

Le nouveau secrétaire au Commerce serait, côté privé, à la tête d'une fortune de 2,5 milliards de dollars. Cela fait de lui le 232e homme le plus riche aux Etats-Unis, selon le magazine Forbes. Ce collectionneur de toiles de maîtres, tels que le peintre belge René Magritte, a longtemps travaillé pour la banque Rothschild, se spécialisant dans les affaires de faillites. Au début des années 2000, Wilbur Ross a ensuite créé sa propre société d'investissements, WL Ross & Co, se lançant dans une entreprise de "sauvetage" de groupes sidérurgiques en difficultés.

Ben Carson, un habitué de la polémique pour le Logement

"Je ne suis pas un politicien. Je n'avais aucune intention d'en devenir un. Je ne suis qu'un homme normal", disait Ben Carson en novembre 2015. Aujourd'hui, il est ministre… malgré ses propos chocs à répétition. Le docteur Ben Carson cultive en effet le "politiquement incorrect" et scandalise beaucoup à gauche par des déclarations provocatrices sur l'homosexualité, l'esclavage, l'Holocauste, les armes, la compatibilité de l'islam avec la Constitution américaine... Cité un temps pour l'Education, il avait affirmé que les pyramides d'Egypte avaient été bâties par Joseph, le personnage biblique, pour stocker des céréales, et non pour servir de sépulture aux pharaons. En 2013, il a aussi dit vouloir "rééduquer les femmes" sur l'avortement. C'est là aussi qu'il prononce une phrase qu'on lui reproche encore, à propos de la réforme du système de santé de Barack Obam a: "Obamacare est vraiment, je pense, la pire chose qui soit arrivée à ce pays depuis l'esclavage. Et c'est, d'une certaine façon, de l'esclavage, car cela nous asservit tous à l'Etat".

Linda McMahon, du catch au PME

La femme d'affaires Linda McMahon, ancienne directrice de la World Wrestling Entertainment (WWE), plus importante entreprise mondiale du catch, occupera l'équivalent du poste de ministre des PME.  En arrivant à la tête de la Small Business Administration (SBA), cette femme de 68 ans qui a soutenu Trump dès le début de sa campagne – elle lui a notamment versé six millions de dollars – aura sous sa responsabilité les quelque 28 millions d'entreprises (TPE/PME), qui emploient près de la moitié des travailleurs du secteur privé américain. Un poste clé et stratégique. 

En vidéo

JT WE – Couac diplomatique : l'entretien entre Trump et la présidente taïwanaise froisse Pékin

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques