Pour un grand électeur républicain, Donald Trump est "un ennemi national"

Pour un grand électeur républicain, Donald Trump est "un ennemi national"

La présidence Donald Trump

Voir
RÉTRACTATION – Un grand électeur républicain du Texas a fait savoir ce lundi qu’il ne donnera pas sa voix à Donald Trump lors de la réunion du Collège électoral américain le 19 décembre prochain. Mais il ne votera pas non plus pour Hillary Clinton

"Je n’ai pas de dette envers un parti. J’ai une dette envers mes enfants pour leur laisser une nation en laquelle ils peuvent croire." Dans un texte publié ce lundi par le New York Times, Christopher Suprun, grand électeur républicain du Texas, fait savoir qu’il ne votera pas pour Donald Trump le 19 décembre prochain lors de la réunion du Collège électoral américain. 


Arguant que son devoir constitutionnel l'obligeait à voter en conscience, et pas seulement par loyauté pour son parti, il souligne son incapacité à donner sa voix à "quelqu’un qui montre quotidiennement qu’il n’est pas qualifié pour la présidence". Espérant faire des émules, Christopher Suprun juge que les électeurs devraient "s’unir derrière une alternative républicaine, un homme ou une femme honorable comme le gouverneur de l’Ohio John Kasich".

Cette décision en rappelle une autre : le 28 novembre dernier déjà, Art Sisneros, également grand électeur républicain du Lone Star State (l’Etat de l’étoile solitaire, le surnom donné au Texas, ndlr), avait annoncé sa démission du Collège électoral afin de ne pas avoir à voter pour Donald Trump. 

Inexpérience internationale, conflits d’intérêts et frénésie du tweet

Chris Suprun estime que le milliardaire est un homme "dangereux" pour l’avenir des Etats-Unis, et tout particulièrement pour les futures relations internationales : "M. Trump n'a pas l'expérience et l'attitude en matière de politique étrangère nécessaires pour être commandant en chef." Il souligne également que l’homme d’affaire fait face à de nombreuses accusations de conflits d’intérêts, qui pourraient, à terme, conduire à sa destitution. 

Le grand électeur républicain se montre également très critique envers la propension frénétique de Donald Trump à tweeter : "Il tweets jour et nuit, mais a attendu deux jours pour afficher sa solidarité avec l'État de l'Ohio (en référence à l’attaque qui a fait onze blessés sur un campus universitaire le 28 novembre dernier, ndlr)."

George W. Bush salué… pour mieux démonter Donald Trump

Dans sa tribune, Christopher Suprun fait ensuite un parallèle entre Donald Trump et George W. Bush, le dernier républicain locataire de la Maison-Blanche (2001-2009). "Il y a quinze ans, en tant que pompier, j’ai été une partie de la réponse apportée aux attaques du 11-Septembre contre notre nation", explique-t-il. "Cette attaque et l’élection de cette année peuvent sembler sans aucun rapport, mais pour moi, la relation (entre ces deux évènements) devient de plus en plus claire chaque jour. George W. Bush est un homme imparfait, mais il a su nous mener à travers cette période tragique. Son leadership a montré que l’Amérique était une grande nation."

J'ai juré de défendre mon pays et ma Constitution contre tous les ennemis, étrangers et nationauxChristopher Suprun, grand électeur républicain du Texas

"L'élection du prochain président n'est pas tout à fait terminée. Les électeurs de conscience peuvent encore faire ce qu’il faut pour le bien du pays", poursuit l’ancien pompier avant de conclure : "Il y a quinze ans, j'ai juré de défendre mon pays et ma Constitution contre tous les ennemis, étrangers et nationaux. Le 19 décembre, je le ferai de nouveau."

En vidéo

Thanksgiving : Donald Trump appelle à l'unité

En vidéo

JT WE – Couac diplomatique : l'entretien entre Trump et la présidente taïwanaise froisse Pékin

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques