Etats-Unis : une sénatrice démocrate dépose un projet de loi pour supprimer les grands électeurs

Etats-Unis : une sénatrice démocrate dépose un projet de loi pour supprimer les grands électeurs

RÉBELLION - Après la victoire de Donald Trump, une élue démocrate a déposé mardi un projet de loi visant à supprimer le principe de suffrage universel indirect en vigueur aux Etats-Unis pour l'élection du président.

Une sénatrice démocrate américaine a déposé mardi une proposition de loi visant à supprimer le collège électoral de la Constitution, au prétexte que Donald Trump a été élu président en ayant obtenu moins de voix qu'Hillary Clinton. Selon les dernières estimations, la démocrate aurait en effet obtenu plus de deux millions de voix de plus que son adversaire républicain. 


"C'est le seul mandat du pays où on peut obtenir plus de voix et perdre malgré tout la présidence", a déclaré Barbara Boxer, sénatrice de Californie. "Le collège électoral est un système obsolète et antidémocratique qui ne reflète pas notre société moderne, il doit changer immédiatement. Tous les Américains doivent avoir la garantie que leur voix compte". Dans un poste Facebook, le réalisateur américain Michael Moore dénonçait lui aussi l’élection du magnat de l’immobilier, basée sur "une idée insensée du XVIIIe siècle appelé collège électoral". 

En 2000 déjà, George W. Bush élu grâce au suffrage universel indirect

Aux Etats-Unis, l’élection présidentielle se déroule au suffrage universel indirect. Ce n’est donc pas le peuple qui élit son président, mais les 538 grands électeurs, répartis dans les 50 Etats. Donald Trump a été nommé à la tête du pays en obtenant 290 grands électeurs, contre 228 pour Hillary Clinton. 

Inscrit dans une loi fédérale pour la première fois en 1845, ce processus électoral a commencé à poser problème en 2000, lorsque le candidat démocrate Al Gore a perdu l’élection face à George W. Bush, alors qu’il avait obtenu plus de 500 000 voix d’avance. Il avait alors contesté les résultats devant  la Cour suprême de Floride et la Cour suprême des États-Unis. Celle-ci a estimé qu’il était impossible de recompter les votes dans les délais impartis par la Constitution américaine. 

En vidéo

États-Unis : le gouvernement lobbyiste de Donald Trump

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet