Il est remis en question par Trump : qu'est-ce que le concept de "Chine unique" ?

La présidence Donald Trump

Voir
DÉCRYPTAGE - Le coup de fil passé il y a quelques jours par Donald Trump à la présidente de Taïwan, rompant ainsi avec 40 ans de politique étrangère américaine, continue de faire des vagues. La Chine n'a pas apprécié et le fait savoir. Explications de cette première mini-crise diplomatique provoqué par le président-élu.

"Chine unique" : depuis plusieurs jours, ces deux mots reviennent souvent dans l'actualité, à la faveur d'une énième polémique provoquée par Donald Trump. Tout est parti d'un coup de téléphone entre le président élu et la présidente de Taïwan. Un simple coup de fil qui a suffi pour rompre avec 40 ans de politique étrangère… Comment en est-on arrivé là ?


Pour comprendre la complexité des relations entre les trois pays en 2016, un retour en arrière s'impose. Plus exactement en 1927, quand la guerre civile éclate en Chine. Face à face : les forces du parti communiste et celles du parti nationaliste Kuomintang (KMT). Battu par les communistes de Mao Tsé-toung, le chef du KMT, Tchang Kaï-chek, fuit à Taïwan, une région chinoise encore sous contrôle du parti nationaliste. Depuis l'île, Tchang continue ensuite de défendre -tout comme Pékin- le concept d'une Chine unique, incluant Taïwan. Le vrai nom du régime de Taïwan est la République de Chine. Celui de Pékin est la République populaire de Chine.

Politique ambigüe

Les Etats-Unis, eux, rentrent en jeu en 1971. A l'époque, Washington et Pékin sont deux ennemis. Sauf que, pour faire pression sur l'Union soviétique, l'oncle Sam décide de s'ouvrir à la Chine. Celle-ci accepte, à une condition : que les Etats-Unis rompent leurs relations diplomatiques avec Taïwan. Il faudra attendre 1979 pour que cela soit le cas, les Etats-Unis reconnaissant cette année-là Pékin comme la capitale d'une Chine "unique". Aucun président ou président élu américain n'a alors parlé à un dirigeant taïwanais. 


Sauf que, dans les faits, Washington a mené une politique ambigüe avec Taïwan. Si les Etats-Unis ne reconnaissent pas sa présidente Tsai Ing-wen comme une dirigeante souveraine, ils lui ont cependant vendu des équipements militaires. Avec un objectif : fournir suffisamment d'armements à Taïwan pour que l'île puisse se défendre face à la Chine, dans l'optique  de préserver la paix dans la région. Résultat : la petite île jouit ainsi de tous les avantages d'une relation diplomatique avec les Etats-Unis. Certes, il n'y a pas d'ambassade américaine à Taipei, la capitale, mais Washington y gère l'American Institute in Taïwan, qui sert de consulat non officiel.


Un flou entretenu durant une quarantaine d'années… jusqu'au coup de téléphone de Donald Trump, donc, fraichement élu à la Maison-Blanche. Un changement de politique des Etats-Unis, ont commenté la plupart des experts. En effet, la Chine considère Taïwan comme faisant partie de son territoire dans l'attente d'une réunification sous l'autorité de Pékin. Or tout geste suggérant un soutien à l'indépendance de Taïwan -en appelant par exemple sa dirigeante "présidente", comme l'a fait Donald Trump dans un tweet- est considéré par la Chine comme un affront.

En vidéo

JT WE - Donald Trump renoue avec Taïwan et créé une crise diplomatique avec la Chine

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques