"C'est sympa de tirer sur des gens" : qui est James Mattis, le futur patron du Pentagone sous Donald Trump ?

"C'est sympa de tirer sur des gens" : qui est James Mattis, le futur patron du Pentagone sous Donald Trump ?

La présidence Donald Trump

Voir
ETATS-UNIS - Le général à la retraite James Mattis sera le secrétaire à la Défense de Donald Trump, a annoncé l'équipe du futur président vendredi 2 décembre. Surnommé le "chien fou", James Mattis a son portrait sur LCI.

"Je viens en paix, je n'ai pas ramené l'artillerie. Mais je vous en supplie, les larmes dans les yeux : si vous vous foutez de moi, je vous bute tous." Les propos pourraient sortir tout droit d'un film de "Rambo" mais la prose est de James Mattis. En 2003, après l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis, ce dernier, alors général de la première division des Marines, rencontre des officiers irakiens et leur explique ainsi sa vision bien à lui de la diplomatie. 


Une citation à l'image du personnage polémique, connu pour son franc-parler, et qui a été nommé "ministre de la Défense", vendredi 2 décembre de l'administration Donald Trump. LCI dresse le portrait de ce militaire à la retraite.

Un général des Marines, surnommé le "Moine-guerrier"

A 66 ans, James Mattis a atteint le statut de légende parmi les militaires américains. Désormais retraité, il a passé plus de 40 ans dans l'armée. Né en 1950 à Washington, le jeune James s'engage à 19 ans dans le corps des Marines. Pendant ces années de service, il était consideré comme un intellectuel, du fait d'une bibliothèque personnelle contenant plusieurs milliers de livres. Et la légende du "moine guerrier" a commencé à prendre racine. 

Il aurait gardé ainsi précieusement son exemplaire d'un livre de l'empereur romain de Marc-Aurèle, tout au long de ses déplacements ou sur les champs de bataille. Le site Atlantico relate également qu'il prodiguait des conseils de lecture à ses subordonnés, y compris les caporaux, dont des livres sur l'histoire de l'Irak et de l'Afghanistan, ou encore sur l'histoire de l'Islam.  De plus, le militaire est toujours célibataire et sans-enfant. 

Marines, n'apprenez pas à épeler le terme "défaite"James Mattis, selon le Business Insider

La carrière de James Mattis dans l'armée est exemplaire et  il gravit rapidement les échelons, relate la Croix.  En 1991, il mène un bataillon des Marines, pendant la première guerre du Golfe . Dix ans plus tard, il commande les forces opérationnelles en Afghanistan en 2001. En tant que major-général, il dirige les troupes américaines en Irak lors de la bataille sanglante de Fallujah en 2004. 

Un "chien fou", qui déclenche des polémiques

Mais James Mattis est également connu pour ses dérapements, comme en 2005, à l'occasion d'un forum sur les stratégies de la guerre contre le terrorisme à San Diego, lorsqu'il a déclaré qu'il était "plaisant" de "descendre des gens", faisant référence aux insurgés talibans afghans. Des propos pour lesquels il s'est excusé. Mais sa réputation de chien fou n'est plus à faire. 

Vous savez, vous débarquez en Afghanistan, et vous avez des mecs, ça fait cinq ans qu'ils tabassent leurs femmes parce qu'elles ne veulent pas mettre de voile. Des mecs comme ça ne sont pas des vrais hommes. Donc c'est vraiment plaisant de leur tirer dessus. En fait, c'est très sympa de se battre. C'est très marrant. C'est sympa de tirer sur des gens. Je vais être honnête avec vous, j'aime me battre. James Mattis

Des "trous de balle" qui ont "besoin d'être refroidis"

Et à de nombreuses autres occasions, ses conseils de guerre suscitèrent des remous. En 2003, lors de son arrivée en Irak, il déclare ainsi, selon le site américain Heavy : "Soyez polis, soyez professionnels, mais gardez en tête un plan pour tuer toutes les personnes que vous pouvez avoir l'occasion de rencontrer".  Ou encore aux jeunes recrues : "La première fois que tu descends quelqu'un, ce n'est pas rien, c'est le moment où tu réalises qu'il y a des trous de balle dans le monde qui ont besoin d'être refroidis." Bref, le général Mattis ne mâche pas ses mots. 

Retraité militaire en 2013, James Mattis devra obtenir une exemption du Congrès pour lui accorder l’éligibilité au poste. De fait, le droit américain exige qu’un officier retraité passe au moins sept ans en dehors de l’armée avant de pouvoir obtenir des responsabilités au sein du département de la Défense. Selon le site The Times of Israël, les républicains contrôlant la Chambre et le Sénat, la permission devrait être accordée au "moine guerrier".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques