Présidentielle : et si on composait une équipe de foot avec les onze candidats ?

4-3-3 – Cette année, les candidats à l'élection présidentielle sont onze, comme le nombre de joueurs dans une équipe de foot. Alors qu'ils vont s'affronter pour la première fois en débat, ce mardi sur CNews et BFM, LCI a eu l'idée d'en faire... une équipe.

Cela n’aura échappé à personne, concourir à une élection présidentielle et jouer au foot ne sont pas tout à fait des activités similaires. Néanmoins, certaines qualités politiques, à l’instar de la combativité, peuvent trouver leur utilité sur un terrain de foot. Du coup, LCI s’est amusé à composer un onze des candidats en fonction de leurs qualités et de leur parcours.

Jean Lassalle – Gardien de but

Quoi de mieux qu’un berger pour garder les buts ? D’autant que Jean Lassalle est le plus grand des candidats, un avantage des plus utiles pour un gardien de but. 

François Fillon – Arrière droit

Quoi qu’on pense de l’affaire Fillon, personne ne pourra remettre en cause la combativité de l’ancien Premier ministre. Toujours debout en dépit des multiples révélations du Canard Enchainé, il a ainsi démontré sa solidité. Mieux, il s'est mué en contre-attaquant en multipliant les tacles contre le pouvoir en place et les médias, accusés de vouloir le mettre à terre. Bref, il ne lâche rien. Des qualités indispensables pour un défenseur de couloir.

François Asselineau et Jacques Cheminade – Défenseurs centraux

Dans une équipe de foot, les vraies stars ne sont jamais les défenseurs centraux. Pourtant, ils sont indispensables. Tout comme les "petits candidats" dans une présidentielle. Sans eux, cette élection ne serait pas tout à fait ce qu’elle est.

Nathalie Arthaud – Arrière gauche

Quand il s’agit de couvrir le côté gauche, difficile de trouver mieux placée que la candidate de LO. Ses tacles contre les grands patrons sont parfois redoutables. A noter aussi que Nathalie Arthaud prépare cette compétition avec beaucoup de sérieux puisqu’elle fut l’une des premières à obtenir les parrainages nécessaires pour être une titulaire indiscutable de cette élection. 

Emmanuel Macron – Milieu récupérateur

Comment ne pas placer le leader d’En Marche ! dans l’axe, lui qui aime tant naviguer entre la droite et gauche ? Placé juste devant la défense, il excelle dans la récupération... Il sait à la fois défendre quand c’est nécessaire (l’Europe) même il peut aussi se montrer très offensif. Attention toutefois à l’excès d’impétuosité, la quête vers le Ballon d’Or est encore longue.

Marine Le Pen – Milieu droit

Même si elle se plait à dire qu’elle sait aussi évoluer sur le côté gauche, c’est bien sur le flanc droit que la présidente du FN joue le plus juste. La manière dont cette avocate de formation a su glisser sur les affaires qui embarrassent son parti a démontré ses qualités défensives. Cela dit, Marine Le Pen sait aussi preuve d'opportunisme quand il s’agit d’attaquer. 

Philippe Poutou – Milieu gauche

Il possède un profil similaire à celui de Nathalie Arthaud. Comme elle, il a le tacle facile mais manque de créativité. Néanmoins, son profil atypique et sa spontanéité apportent une authenticité qui manque trop souvent à la plupart des candidats.   

Nicolas Dupont-Aignan – Ailier droit

Comme beaucoup de joueurs évoluant à ce poste, on peut lui faire le reproche d’être un peu perso. Bien qu’à l’aise dans les petites espaces, sa technique laisse à désirer. C’est d’ailleurs pour cela que Nicolas Dupont-Aignan n’est pas un pilier de l’équipe. Néanmoins, il a le sens du dribble et n’hésite jamais à provoquer. 

Benoît Hamon – Ailier gauche

Il y a un an, peu de monde aurait misé sur sa présence dans ce onze. Mais une fois le forfait de François Hollande officialisé, il a su mettre en avant ses qualités pour mériter sa place. Manuel Valls, contraint d’assister à la rencontre depuis les tribunes, ne s’en est toujours pas remis… Il faut dire que Benoît Hamon a su apporter un vent frais dans cette campagne en déroulant des idées innovantes (comme le revenu universel). 

Jean-Luc Mélenchon – Avant-centre

Une chose est sûre, le candidat de la France insoumise a le sens du verbe. Et dès lors qu’il faut user de son adresse verbale pour marquer les esprits, Jean-Luc Mélenchon sait se montrer prolifique. Une sorte de synthèse entre Eric Cantona et Che Guevara…  

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet