Le phénomène Macron séduit à l'étranger (notamment... les Français)

EN CAMPAGNE - La Macron-mania sévit aussi en Allemagne. Le candidat à l’élection présidentielle, fraîchement soutenu par l’ancienne journaliste Laurence Haïm, est en déplacement en Allemagne. Un déplacement qui a attiré de nombreux expatriés, journalistes et hommes politiques.

Emmanuel Macron avait déjà affiché son succès auprès des Français de l’étranger lors d’un voyage à Londres en septembre dernier. Ces 10 et 11 janvier, il récidive à Berlin. Celui qui a déjà convaincu 600 adhérents outre-Rhin a déplacé les foules lors d’un meeting mardi. De nombreux participants se frottaient au monde politique pour la première fois. Martin, 26 ans, n’avait encore jamais posé les pieds dans un meeting. "Je ne me reconnaissais dans personne", avoue cet expatrié. Mais l’ancien ministre a changé la donne avec ses "belles idées sur l’Europe". L’Europe, un sujet clairement au cœur de sa campagne. Et c’est peut-être là ce qui plaît aux exilés français.


Les médias scrutent de près ce candidat atypique. "Le système français c’est un peu un système figé", analyse Albrecht Meier, journaliste au Tagesspiegel. Emmanuel Macron pourrait, selon lui, "apporter quelque chose de neuf à ce système." Un constat partagé par Erwan. Cet entrepreneur de 37 ans estime que le Normalien a la stature pour "remettre en cause les clivages traditionnels" et espère "une nouvelle offre politique".

Emmanuel Macron renforce son image de présidentiable

Macron souhaite ainsi s’éloigner du discours politique français partagé par les grands partis sur les immigrés. En déplacement dans un entrepôt de la Deutsche Bahn, il s’est intéressé au programme d’intégration des réfugiés de cette société ferroviaire. Cette dernière a embauché 120 réfugiés venus de Syrie, d’Irak ou encore d’Erythrée et avance 150 postes supplémentaires dédiés en 2017. Une initiative salué par le jeune candidat : "L’Europe n’a pas réagi comme elle aurait dû à ce moment-là, quelques pays ont pris des initiatives dont l’Allemagne et je voulais saluer ce qu’avait décidé à ce moment-là la chancelière."

 

Emmanuel Macron souhaite donc s’inspirer de nos voisins comme l’Allemagne, mais sa présence dans le pays est aussi une stratégie pour assoir sa stature présidentielle. Ce mercredi, il rencontre Sigman Gabriel, le ministre de l’Economie et Martin Schulz, président du Parlement européen, les deux candidats attendus pour représenter le SPD (parti social-démocrate) au poste de chancelier.


Daniel Cohn-Bendit croit déjà en ses chances de convaincre les Français. L'ancien député européen était au premier rang lors de son meeting politique berlinois. " Il y a deux candidats qui m'intéressent, c'est Emmanuel Macron et Yannick Jadot", avance-t-il. "Emmanuel Macron a l'avantage pour l'instant' d'être "le seul qui pourrait nous éviter un second tour Fillon/Marine Le Pen et ça ça m'intéresse doublement." Les paris sont ouverts. 

En vidéo

Daniel Cohn-Bendit : "Il y a deux candidats qui m'intéressent : Emmanuel Macron et Yannick Jadot"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet