De nouvelles têtes et pas mal de caciques : qui sont les lieutenants de François Fillon ?

De nouvelles têtes et pas mal de caciques : qui sont les lieutenants de François Fillon ?

Fillon candidat de la droite pour 2017

Voir
CASTING - En réorganisant Les Républicains avant de partir en campagne pour la présidentielle, François Fillon a donné les clés du parti à Bernard Accoyer et à Gérard Larcher, des vieux de la vieille. Quelques nouvelles têtes émergent cependant. Faisons le point.

Quand François Fillon signe un bail, il prend soin de ne pas laisser la maison au premier venu. Loin de là : le nouvel état-major  des Républicains annoncé mardi fait la part belle aux caciques de la droite, même si l'organigramme fait apparaître quelques nouvelles têtes. 

Bernard Accoyer, un pro de la politique

Propulsé au secrétariat général des Républicains, le fillonniste Bernard Accoyer, 71 ans, médecin de formation, est l'un des ténors de la droite. Sa carrière politique est déjà longue : inscrit au RPR en 1981, il a enchaîné en continu 27 ans de mandats de maire à Annecy-le-Vieux et 23 ans de mandats de député de Haute-Savoie, sans oublier ses 5 ans au conseil général de ce département dans les années 1990. L'élu connaît particulièrement bien les arcanes du Parlement puisqu'il a présidé l'Assemblée nationale durant près de cinq ans, sous le mandat de Nicolas Sarkozy. 

Gérard Larcher, le vieux routier du Sénat

Il est le pendant de Bernard Accoyer au Sénat. Gérard Larcher, 67 ans, vétérinaire de formation, vient de prendre la présidence du Comité politique de LR. Il est connu pour sa longévité à la présidence du Sénat, d'abord de 2008 à 2011, et depuis le retour de la majorité de droite en 2014. Adhérent du RPR à sa création en 1976, il a dirigé la mairie de Rambouillet (Yvelines) durant 27 ans (malgré une pause entre 2004 et 2007), et il a déjà réalisé 26 ans de mandats cumulés au Sénat. Gérard Larcher a également été ministre du Travail sous Jacques Chirac. 

Christian Jacob, homme-clé à l'Assemblée nationale

Christian Jacob a beau avoir été proche de Jean-François Copé, puis avoir soutenu Nicolas Sarkozy à la primaire, il partagera avec Bruno Retailleau la vice-présidence du comité politique des Républicains. Il faut dire qu'à 56 ans, l'ancien chiraquien occupe un rôle clé à droite : il est depuis six ans le président du groupe UMP, puis LR à l'Assemblée nationale. Cet agriculteur de formation aligne une longue expérience politique. D'abord député européen (1994-1997), ministre du Commerce puis de la Fonction publique sous Jacques Chirac, il a été élu maire de Provins (Seine-et-Marne) en 2001 et député en 2007.

Bruno Retailleau, le fillonniste de la première heure

Le fidèle de François Fillon, qui prend la vice-présidence du comité politique de LR, n'a que 56 ans mais une carrière politique déjà longue. Ancien proche collaborateur du souverainiste Philippe de Villiers, dont il s'est éloigné, il a été successivement conseiller général de Vendée pendant 26 ans, dont 4 ans à la présidence de la collectivité, député de Vendée pendant deux ans et sénateur du département depuis 12 ans. Celui qui dirige le groupe LR au Sénat est président du conseil régional des Pays de la Loire depuis décembre 2015. 

Jean-François Lamour, l'ancien chiraquien

Jean-François Lamour, 60 ans, kiné de formation, ancien champion d'escrime, prend la très stratégique présidence de la commission nationale d'investiture de LR. Il est arrivé à la politique grâce à Jacques Chirac, dont il est devenu un conseiller à la mairie de Paris en 1993. Il suivra ensuite son mentor au gouvernement, pour devenir son conseiller en charge des questions sportives, puis son ministre des Sports jusqu'en 2007. Soldat fillonniste au sein de la droite parisienne, il a dirigé le groupe UMP au Conseil de Paris pendant huit ans, et il est député de Paris depuis 9 ans. 

Patrick Stefanini, de Chirac en 1995 à Fillon en 2017

Il a dirigé la campagne victorieuse de François Fillon à la primaire et s'apprête à conduire la bataille pour l'Elysée. Patrick Stefanini, 63 ans, préfet de formation, a entamé sa carrière dans les bureaux ministériels dans les années 1980, avant de rejoindre le cabinet d'Alain Juppé à Matignon en 1995. A son actif : la direction de la première campagne présidentielle de Jacques Chirac, et plus récemment, celle de Valérie Pécresse aux régionales de 2015. Sa longue expérience fait de lui le stratège de François Fillon pour la campagne présidentielle à venir. 

Annie Genevard, la spécialiste de l'Education

A 60 ans, la députée du Doubs, jusqu'ici porte-parole des Républicains, est promue secrétaire générale adjointe de LR. Annie Genevard, fidèle soutien de François Fillon, est peu connue du grand public. Néanmoins, ce professeur de lettres classiques a démarré sa carrière politique d'élue locale de Morteau dès 1995. Elle a été conseillère régionale de Franche-Comté et dirige la mairie de Morteau depuis 14 ans. Spécialisée dans les questions d'éducation - elle a travaillé notamment sur le programme de la droite pour 2017 -,  elle est députée depuis 2012.

Isabelle Le Callennec, la figure montante

Autre figure montante de l'état-major de la droite, Isabelle Le Callennec, 50 ans, ancienne assistante parlementaire de Pierre Méhaignerie, avait déjà été nommée par Nicolas Sarkozy à la vice-présidence des Républicains après avoir assuré la fonction de porte-parole du parti. Elle partagera cette fonction dans le nouvel organigramme à égalité avec le sarkozyste Laurent Wauquiez. Députée d'Ille-et-Vilaine depuis 2012, élue départementale depuis 2008, elle a commencé sa carrière d'élue la même année dans la commune de Vitré. Début 2014, elle avait compté parmi les 19 députés qui avaient demandé le déremboursement de l'interruption volontaire de grossesse. Cette fillonniste a, elle aussi, planché activement sur le programme des Républicains pour 2017.

Thierry Solère, le proche de Le Maire devenu porte-parole

Lieutenant de Bruno Le Maire, réputé pour son franc-parler, Thierry Solère, 45 ans, s'est extrait de la bataille de la primaire de la droite en devenant... l'organisateur du scrutin, dont le succès est incontesté. Une position d'arbitre et de chef d'orchestre habile qui a donné, en quelques mois, une dimension nationale au député des Hauts-de-Seine. Au point de devenir, mercredi, le porte-parole de campagne de François Fillon. Thierry Solère est conseiller régional d'Ile-de-France depuis décembre 2015 et député depuis 2012 (il s'était fait connaître en éliminant Claude Guéant, ex-ministre de l'Intérieur parachuté dans les Hauts-de-Seine). Il a été précédemment conseiller général des Hauts-de-Seine durant 11 ans, de 2004 à 2015. 

François Fillon engage Thierry Solère comme porte-parole : éléments de portrait

Les Républicains : la direction revue et corrigée par François Fillon

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques