Henri Guaino : "Si j'approuvais le plan Fillon, je renierais ma mère et ma grand-mère"

Henri Guaino : "Si j'approuvais le plan Fillon, je renierais ma mère et ma grand-mère"

ANTI-FILLON - Candidat à la présidentielle hors de la primaire à droite, le gaulliste Henri Guaino est tombé à bras raccourci mardi matin sur le programme économique de François Fillon. "Tous les travers de la pensée unique sont dans ce programme", accuse l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy sur RMC-BFMTV.

Henri Guaino peaufine son image de défenseur de la ligne "gaulliste" contre François Fillon. L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidentielle en marge de la primaire organisée par son camp, a poursuivi mardi matin son attaque en règle contre le projet économique et social du nouveau champion de la droite. 


Le député des Yvelines, parti à la chasse aux 500 parrainages d'élus pour pouvoir se présenter au printemps prochain, a livré une charge contre le projet très libéral de l'ancien Premier ministre, qui veut notamment bouleverser le système de l'Assurance maladie et déplafonner la durée légale du travail. Pour expliquer sa position, l'élu a évoqué ses origines modestes (sa mère était femme de ménage) et les sacrifices consentis par sa famille : 

Si j’approuvais ce plan, je renierais ma mère, ma grand-mère et tous ceux qui ont sué sang et eauHenri Guaino

"Ça fait 30 ans qu'on nous vend ce projet"

L'ex-proche de Nicolas Sarkozy s'en prend à nouveau à "la purge" du programme de François Fillon, "une politique d'austérité jamais vue depuis 1944", "un démantèlement de notre système de protection sociale" et un projet global qui réunit "tous les travers de la pensée unique". "Raboter la dépense publique, il n'y a rien de plus idiot", tonne-t-il. S'agissant de la réforme de l'Assurance maladie, "ça fait trente ans qu'on nous vend ce projet", s'énerve le député. "Ce n'est pas ma vision de la solidarité." Quant à la réforme du droit du travail voulue par le candidat officiel de la droite, elle conduirait "à laisser gouverner les relations sociales par le chantage à la délocalisation". 


"Et après, on va faire quoi ? Supprimer les congés payés ?" fait mine de questionner l'ex-conseiller présidentiel. Et de conclure : "Le néolibéralisme, le monde entier lui tourne le dos [...] Il serait extravagant que le peuple français adopte ce programme alors que les peuples du monde entier le rejettent". Bref, Henri Guaino est remonté comme une pendule, il ne lui manque... que ses parrainages. 

REPLAY - L'invité de LCI Matin du 14 septembre 2016 : Henri Guaino

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques