Elisabeth Guigou voilée dans la mosquée de Pantin : véritable entorse à la laïcité ou polémique stérile ?

Elisabeth Guigou voilée dans la mosquée de Pantin : véritable entorse à la laïcité ou polémique stérile ?

DirectLCI
DÉBAT – Lundi dernier, la députée Elisabeth Guigou a porté un hijab lors de sa visite dans la mosquée de Pantin. De quoi provoquer l’ire de certaines personnalités politiques qui dénoncent une entrave à la laïcité. Mais qu’en est-il vraiment ? LCI fait le point avec Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité.

Il n’a fallu que quelques heures pour que la polémique soit montée en épingle. Comme souvent quand le sujet est lié à l’islam. Candidate dans la 6ème circonscription de Seine-Saint-Denis, Elisabeth Guigou s’est rendue lundi dans la mosquée de Pantin pour assister à la rupture du jeûne du ramadan. A cette occasion, la députée socialiste sortante a revêtu un hijab (voile), rapporte Le Point. 


Rapidement, Nadine Morano, Marine Le Pen ou encore Nicolas Dupont-Aignan se sont offusqués. "Se voilant en pleine campagne, Élisabeth Guigou montre son vrai visage : celui de la soumission de l'Etat face aux revendications islamistes", a notamment tweeté le candidat de Debout la France à la présidentielle. "La défense de la laïcité ne devrait pas connaître de pause au moment des campagnes électorales, Madame Guigou", a renchéri Aurore Bergé, candidate REM dans la 10ème circonscription des Yvelines.

Cela peut être considéré comme une simple marque de respect Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité

Joint par LCI, Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, estime qu’il n’y a priori pas d’entorse à la loi de 1905 relative à la séparation de l'Eglise et de l'Etat. "Lorsqu’ils se rendent officiellement à la rencontre de communautés religieuses dans un lieu de culte, nous recommandons aux élus et aux représentants de l’Etat de s’abstenir de manifester une adhésion et une proximité à une religion. Ils se doivent en effet de traiter tous les concitoyens de la même façon quelle que soit leur confession", souligne-t-il.


Mais dans le cas d’Elisabeth Guigou, "cela peut être considéré comme la simple marque de respect qui est communément admise dans certains lieux de cultes. Comme quand vous allez au Vatican : on va vous demander de porter un châle noir et de vous couvrir les jambes". La députée s’est d’ailleurs défendue sur Twitter en rappelant qu’elle respectait toujours les usages dans les lieux de culte, comme lorsqu’elle avait porté "un châle noir sur la tête, des gants et une robe longue" au Vatican pour respecter le protocole.

Elisabeth Guigou s'est rendue dans la mosquée à titre privé, assure son entourage

La loi de 1905 stipule qu’"il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l’exercice d’un culte". Selon Nicolas Cadène, "il ne faut en effet pas faire de réunion politique au sein d’un lieu de culte. Mais les mosquées sont souvent des complexes où il y a des salles cultuelles et d'autres qui sont ouvertes à des activités culturelles ou sociales. Tenir une réunion politique dans ces parties-là ne pose pas de problème". 


En l’occurrence, l’entourage de l’ancienne garde des Sceaux, joint par BFMTV, assure qu’elle s’est rendue dans cette mosquée "à titre privé" et non pour faire campagne. De son côté, Le Point rappelle qu’Elisabeth Guigou avait "apporté son soutien à la construction de la grande mosquée de Pantin et cela, bien que ce ne soit pas dans les prérogatives d'un député".

Plus d'articles

Sur le même sujet