Notre-Dame-des-Landes, l'autre projet sensible qui attend Nicolas Hulot

La présidence Macron

Voir
CHANTIER - Néonicotinoïdes, perturbateurs endocriniens, diesel... Le nouveau ministre de la la Transition écologique et solidaire a un agenda actif pour ses premières semaines à la transition écologique. Mais c'est sur un dossier très sensible qu'il est attendu. Farouche opposant à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les écologistes sont nombreux à penser qu'il ne donnera pas suite au projet d'aéroport controversé. A raison ?

"Impensable". C'est ainsi que l'ancien ministre EELV Pascal Canfin avait jugé la poursuite du projet d'aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes durant le prochain quinquennat, après avoir appris la nomination de Nicolas Hulot au gouvernement : "Vous n'imaginez pas une seconde qu'avec [son entrée], Notre-Dame-des-Landes puisse se faire", avait affirmé le directeur du WWF France. 


Le nouveau ministre de la la Transition écologique et solidaire fait en effet partie des farouches opposants à Notre-Dame-des-Landes. En novembre 2015, il avait ainsi estimé : "Vieux de plus de 40 ans, ce projet est vicié, gangrené. Il porte en lui les racines de la discorde. Jamais il ne se fera dans les conditions actuelles". Avec son arrivée au gouvernement, les rumeurs se sont donc multipliées sur des négociations d'abandon du projet d'aéroport en échange de son "oui" à Macron.

L'épine du référendum

Les choses ne s'annoncent toutefois pas si simples, quand bien même Nicolas Hulot a, tant sur les néonicotinoïdes que sur le diesel, commencé à marquer son territoire. Après la consultation de juin 2016, favorable au projet à 55,1 % des voix, Nicolas Hulot s’était dit "profondément attristé", mais il s'était incliné face au résultat :  "On ne peut pas demander d’aller voter et si le résultat ne nous plaît pas, ne pas en tenir compte." Emmanuel Macron, lui aussi, avait déclaré durant la campagne qu'il souhaitait "respecter" le résultat de ce référendum. De son côté, Edouard Philippe s'y était montré favorable il y a quelques mois.


Une heure à peine après sa nomination, le Syndicat mixte aéroportuaire (SMA), qui réunit les collectivités favorables au transfert de l’aéroport, n'avait d'ailleurs pas hésité à afficher sa confiance dans le fait que le nouveau gouvernement réaliserait Notre-Dame-des-Landes : "Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Nicolas Hulot ont tous confirmé vouloir lancer les travaux de l’Aéroport du Grand Ouest ". 

En vidéo

NDDL: désaccord au sommet de l'Etat

Une médiation de 6 mois avant une décision "claire" et "assumée"

Selon l'un des ses proches cité par nos confrères de Ouest France, Nicolas Hulot aurait "accepté d’entrer dans un gouvernement car il aurait eu l’assurance qu’il y aurait une vraie étude transparente sur l’aéroport". Le miliant écologiste de 62 ans souhaitait en effet une remise à plat du projet et une étude "sérieuse" des alternatives par des experts indépendants. Et il a obtenu gain de cause. Le Premier ministre Edouard Philippe l'avait d'ailleurs confirmé dans la foulée :  "Il y aura un médiateur qui va permettre de mettre l'ensemble des choses sur la table, d'étudier l'ensemble des options, et ensuite nous prendrons une décision qui sera assumée, qui sera claire".  


Une information déjà confirméepar le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner : "Le président de la République veut se donner six mois pour faire un point de situation précis. Aujourd’hui, tout est bloqué. Il faut se donner six mois pour y voir clair sur l’utilité de cet aéroport ou pas". 


Reste à savoir , donc, ce qu'il ressortira de cette consultation et dans quel sens le dossier sera tranché. Edouard Philippe avait d'ailleurs prévenu :  "Nicolas Hulot ou pas, c'est un sujet compliqué. On ne peut pas rayer le référendum d'un trait de plume". Quand bien même les modalités d'organisation du référendum ont été largement remises en question par des connaisseurs du dossier.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques