Partie de campagne #32 : Mélenchon se sent pousser des ailes

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Voir
PARTIE DE CAMPAGNE - Pour la première fois aucun des favoris ne se détache en tête des sondages. D'Emmanuel Macron à Marine Le Pen, de Jean-Luc Mélenchon à François Fillon, revivez la dernière semaine de campagne présidentielle qui vient de s'écouler.

Il faut voir Jean-Luc Mélenchon arriver en musique, porté par cette fin de campagne. Maintenant qu’il est présenté comme susceptible d’accéder au second tour, il devient pour la première fois la cible des autres candidats. François Fillon fustige son "programme communiste", Marine Le Pen promet que sous son quinquennat les classes moyennes deviendraient "pauvres" et Emmanuel Macron ironise sur le fait qu’il était déjà "sénateur socialiste quand il était au collège". Le candidat de la France insoumise leur répond en déclamant "que si vous élisez un de ces trois là, vous allez cracher du sang !".

Marine le Pen a concentré son avant dernière semaine sur la France rurale, Emmanuel Macron promet qu’il veut garder le maillot jaune en passant le col du Tourmalet et François Fillon profite du week-end pascal pour s’adresser aux Chrétiens. 

 

La campagne se joue aussi sur Internet : des fillonistes font circuler des vidéos qui tournent en ridicule Emmanuel Macron. Jean-Luc Melenchon vient de lancer sa propre radio sur Internet et un autre site appelé "le Mélenphone" pour aider ses militants à appeler des électeurs au hasard et les convaincre.

 

Enfin Benoit Hamon a choisi d’envoyer un tract dans toutes les boites aux lettres où il appelle à voter pour. Ce lundi deux meetings à Paris : Emmanuel Macron à Bercy et Marine le Pen au Zénith. Mardi : Jean-Luc Mélenchon ressort son hologramme : il sera à Dijon et retransmis dans 6 villes de France. Et mercredi Benoit Hamon tentera de remplir la place de la République à Paris. Comme Jean-Luc Mélenchon il y a un mois.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

JT WE 20H

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques