Pour Laurence Haïm, Emmanuel Macron est le "French Obama"

Pour Laurence Haïm, Emmanuel Macron est le "French Obama"

Emmanuel Macron candidat

Voir
CHANGEMENT D'ORIENTATION - Après trente ans de journalisme, la correspondante d'iTELE aux Etats-Unis, Laurence Haïm, va rejoindre l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron. Un candidat qui, pour elle, "essaie de briser les codes". Elle a expliqué son choix de passer de l'autre côté du miroir à nos confrères de l'AFP.

C'est donc acté : Laurence Haïm, ex-correspondante d'iTÉLÉ et Canal+ aux Etats-Unis rejoint l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron au sein du mouvement "En Marche!". Une nouvelle page se tourne pour la journaliste, qui a fait le choix de quitter l'univers du journalisme pour devenir "porte-parole pour les questions de politique étrangère". 


Pour elle, Emmanuel "Macron incarne le vrai changement", précise-t-elle auprès de l'AFP. Et c'est visiblement pour cette raison qu'elle a décidé se rallier le candidat Macron. Pour elle, il n'est ni plus ni moins que le "French Obama". Rien que ça !

Il va falloir que j'apprenne la rigueur, et que j'apprenne à contrôler mes impulsions !Laurence Haïm auprès de l'AFP

"Il essaie de briser des codes, il n'a pas trop de réseaux autour de lui, il y a beaucoup de monde qui vient", souligne la journaliste. "Ça me fait beaucoup penser à Barack Obama en 2007", poursuit-elle. Les présidentielles,  elle connaît, Laurence Haïm : elle a couvert cinq campagnes américaines. Mais faire de la politique, c'est autre chose que le journalisme et, elle l'admet volontiers, il va lui falloir changer quelques petites choses. 


"Il va falloir que j'apprenne la rigueur, et que j'apprenne à contrôler mes impulsions !" admet celle qui avait fondu en larmes en direct à l'annonce de la réélection de George W. Bush. S'il est vrai que la pratique est fréquente aux Etats-Unis, de passer du journalisme à la politique en prenant part à une campagne, en France, cela apparaît clairement comme une révolution culturelle, voire un "rapport incestueux". 


En témoigne ce tweet de Robert Ménard, ancien journaliste et ancien directeur de Reporters sans frontière devenu maire de Béziers. 

Mais pour Laurence Haïm, la pratique américaine qui consiste à passer de l'un à l'autre ne pose pas de problème à l'ancienne correspondante. "Dans la société américaine, j'aime bien qu'on puisse avoir plusieurs vies en une. On verra où ça me mène", fait valoir Laurence Haïm qui n'exclut pas de revenir au journalisme après la campagne. 


Et au-delà de ce virage professionnel à 180 degrés, elle reconnaît que la situation à iTÉLÉ et la grève menée par la rédaction de la chaîne, suivie du départ d'une centaine de personnes, a grandement influencé sa décision. "Ça a été affreux, et j'ai besoin de faire une pause", confie la journaliste qui est toujours en négociations sur les conditions de son départ. Des négociations difficiles, selon elle. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron candidat

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques