Vous ne pouvez pas voter ? Les candidats s'en occupent pour vous

SCRUTIN ACCOMPAGNÉ - Face au nombre d'électeurs mal inscrits, les procurations sont d'autant plus importantes, à quelques longueurs de l'élection présidentielle. Si importantes que les équipes des candidats ont décidé de prendre le problème à bras le corps et de mâcher le travail à leurs électeurs potentiels.

A quelques heures du premier tour de l'élection présidentielle 2017, le vote par procuration, qui permet aux Français absents de la commune où ils sont inscrits le jour du scrutin de participer malgré tout en confiant leur vote à un tiers, promet de prendre des proportions inégalées depuis le début de la Ve République.


En effet, le nombre de mal-inscrits, ces Français dont le bureau de vote ne correspond plus au lieu de résidence réel - en général parce qu'ils ont déménagé et ne se sont pas réinscrits dans leur nouveau lieu de vie -, a explosé ces dernières années. Fin 2014, un rapport parlementaire comptabilisait ainsi 6,5 millions de personnes mal inscrites... et autant susceptibles de ne pas voter. Le chiffre est à prendre d'autant plus en considération qu'en 2012, selon des chiffres donnés par le ministère de l'Intérieur à LCI, 4,9 millions de personnes avaient effectué une procuration, soit plus de 11% du corps électoral.

"Ça va de soi"

De quoi amener les états-majors des candidats à prendre le sujet à bras le corps. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Jean Lassalle et François Asselineau ont chacun décidé de mettre à disposition de leurs électeurs un outil numérique pour les inciter à voter par procuration. Les sites de ces candidats offrent ainsi à leurs électeurs sympathisants de chercher à leur place un autre électeur susceptible de prendre sa procuration. Au PS, c'est même le mandataire qui appelle le mandant. Du côté d'En Marche ! l'identité du mandataire vous est envoyée par mail.


Une nouvelle pratique ? Pas vraiment. Interrogé par LCI, Eric Coquerel, coordinateur du Parti de gauche et soutien de Jean-Luc Mélenchon, se souvient : "Je pense que ça se faisait déjà en 2012, mais pas de la même manière. Il n'y avait pas, comme aujourd'hui, un site qui permettait de construire une plateforme informatique ." 


Chez Emmanuel Macron, le sujet est d'égale importance : "La réponse va de soi", nous répond-on dans son entourage. "Il est important de tout mettre à disposition, dans une démarche de confiance, pour que chaque électeur qui veut voter Emmanuel Macron puisse le faire". En se rendant sur le site d'En Marche !, l'espace procuration figure assez bas sur le site mais propose, via le renseignement d'un certain nombre de données personnelles (adresse postale, mail, numéro de téléphone, etc.) de mettre en relation un sympathisant marcheur avec un mandataire. Idem chez les autres candidats concernés.

Des prévisions d'abstention à endiguer

Confier sa procuration à un parti politique est-il de nature à faire augmenter la participation au vote ? Impossible à dire avant le fin mot de la présidentielle. Reste que le ministère de l'Intérieur, organisateur de l'élection, offre un cadre légal peu contraignant à la pratique. A LCI, il a rappelé un conseil de base : le mandant doit choisir pour mandataire une "personne de confiance qu'il choisit librement selon la méthode qu'il souhaite pour voter à sa place".


Si les partis contactés par LCI n'ont pas encore de chiffres sur lesquels communiquer, les efforts sont là pour ne gaspiller aucun électeur. Alors que les études d'opinion multiplient les alertes sur la faiblesse de la participation au premier tour de la présidentielle (BVA évoquait encore autour de 25% d'abstention au premier tour), chaque voix en devient d'autant plus précieuse. 

Pour les besoins de cet article, LCI a contacté plusieurs états-majors de candidats (Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Jean Lassalle et François Asselineau) pour faire une demande de procuration. Un bug technique a mis de côté l'hypothèse Jean-Luc Mélenchon, et sur les six options restantes, seuls les équipes d'En Marche ! et du PS nous ont recontacté pour établir une procuration.


Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques