Présidentielle 2017 : qui sont les candidats à gauche hors primaire ?

Présidentielle 2017 : qui sont les candidats à gauche hors primaire ?

2017 : la bataille de la gauche

Voir
CANDIDATURES - Si la gauche espérait un rassemblement en vue de l'élection présidentielle de 2017, six personnalités ont déjà officialisé leur candidature hors primaire.

La primaire peut rassembler à droite, malgré de nombreuses candidatures déclarées, mais elle peine à faire de même à gauche. Les candidatures se sont multipliées ces derniers mois dans les partis de gauche et d'extrême-gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017. Pourtant, toutes ne passeront pas par le scrutin de la primaire. Petit point récapitulatif de celles et ceux qui concurrencent le Parti socialiste et ses alliés. 

Jean-Luc Mélenchon

Autrefois encarté au Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon s'est déclaré candidat en février dernier, créant son propre mouvement, la France insoumise. Devançant François Hollande et Manuel Valls dans les intentions de vote, le député européen, qui se voit comme le seul adversaire de gauche à François Fillon, a récemment bénéficié du soutien du PCF. Les militants communistes se sont prononcés à 53.6% en sa faveur

Nathalie Arthaud

La porte-parole de Lutte ouvrière a annoncé sa candidature dès le mois de mars. Ce sera la deuxième fois que l'enseignante en économie se présentera au scrutin présidentiel. Elle avait péniblement atteint les 0.56% de voix en 2012. Très mobilisée contre le projet de loi travail El Khomri, elle entend une nouvelle fois "défendre les intérêts des travailleurs". 

Philippe Poutou

Déjà candidat en 2012 (1.15% des suffrages), Philippe Poutou représentera une nouvelle fois le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) lors du scrutin de 2017. L'ouvrier de chez Ford avait officialisé sa candidature en mars dernier,  expliquant notamment au Monde qu’il n’avait pas forcément envie à tout prix de repartir, mais que, "le plus simple, c'était que ce soit [lui] qui y retourne". 

Sylvia Pinel

L'ancienne ministre du Logement a été investie le 26 novembre par le Parti radical de gauche pour l'élection, sans passer par la primaire. Sylvia Pinel avait récemment justifié sa candidature par le choix de l'indépendance, jugeant qu'une primaire de la gauche était "une anomalie", alors qu'il y avait eu, en 2011, une candidature radicale avec Jean-Michel Baylet. "Nous avons un espace politique à incarner, le centre-gauche n'est pas représenté dans les débats", avait-elle affirmé au micro de France Info. 

Yannick Jadot

Le député européen est arrivé en tête de la primaire écologiste le 7 novembre avec 54,25 % des voix lors du second tour qui l’opposait à Michèle Rivasi. Peu connu du grand public, Yannick Jadot se présente aujourd’hui comme le mieux placé pour "rassembler l’ensemble de la famille écolo, associative et politique". 

Emmanuel Macron (?)

Ni de droite ni de gauche comme il le dit lui-même, l'ancien ministre de l'Economie a décidé de faire cavalier seul en officialisant sa candidature à la présidentielle sous les couleurs de sa propre formation (En marche !). L'ancien banquier et proche conseiller de François Hollande, qui se déclare anti-système et se vante de n'avoir pas sa carte au Parti socialiste, veut porter une "révolution démocratique" et se place "sous le signe de l'espérance".

Primaire de la gauche : déjà plusieurs mécontents de l'organisation

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques